...Forum de jeux d'aventures de figurines miniatures, en Bretagne... et ailleurs aussi !

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » Bas Moyen Âge » Le retour de l'alchimiste (compte-rendu d'escarmouche)

Le retour de l'alchimiste (compte-rendu d'escarmouche)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Patrice

avatar
Admin
…Et donc voici ce qui est advenu, dimanche dernier, au quatorzième siècle …à la "Fête de la moisson et de la mécanique ancienne" de Plouguernével.

Nous voici donc quelque part dans la seigneurie de Rostrenen (sans chercher à représenter un endroit précis !) dans les années 1340 (guerre de Succession de Bretagne). Et voici les lieux du drame (1,80 m x 3 m quand même), à droite le village de Kernevez, au fond une colline boisée, au fond à gauche la ferme de Ker Uhel ; une petite rivière, qui n'est franchissable que par des gués, serpente au milieu de tout cela.



Le village encore épargné par la guerre :



La ferme à l'extrémité de la table :



Les seigneurs de Rostrenen sont partisans de Charles de Blois (pro-Français). Un petit noble nommé Yeun le Pieu, du même parti, a été chargé de protéger les environs contre les incursions et pillages des pro-Anglais : des bandes ennemies ou incontrôlées sont signalées dans les environs. Cet escuyer entre donc sur la table à la tête d'une petite troupe :





Encore loin de là, une petite troupe anglo-bretonne commandée par le sire de Gleievec est aussi en route :



Les éclaireurs de Gleievec sont soudain pris pour cible par deux arbalétriers cachés dans un petit bois avec quelques paysans, qui ratent leur coup et s'enfuient aussitôt. Les Anglo-Bretons les menacent, sans toutefois les poursuivre :



Mais qui est donc ce civil qui marche au dernier rang de la troupe du sire de Gleievec…?



Hé bien, c'est Jehan le Fol, le vieil alchimiste qui, vous vous en souvenez, avait été récupéré par les Anglo-Bretons dans notre dernière aventure ! Ses expériences n'ayant guère donné de résultats, il a fini par convaincre ses employeurs qu'il a absolument besoin de parler avec un apothicaire qui a aussi des connaissances utiles ; la mission secrète du sire de Gleievec est donc de l'escorter jusqu'à leur rendez-vous (à la ferme de Ker Uhel), puis de le ramener sain et sauf jusqu'au même bord de la table.



Dernière édition par Patrice le Sam 9 Aoû 2014 - 23:11, édité 1 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Patrice

avatar
Admin
Ignorant tout cela, le sire du Pieu a reçu l'ordre de préserver la région des pillages et des incursions. Il est donc très inquiet en voyant soudain une cotonneuse fumée d'incendie s'élever de la colline boisée sur sa droite (au premier plan), alors que sa troupe commençait juste à traverser le gué le plus proche du village de Kernevez.
(il est peu probable que cet incendie soit dû aux combattants de Warhammer 40.000 dont,
par un étrange raccourci spatio-temporel, on aperçoit la table au loin...)




Sans modifier l'essentiel de son plan de marche (…et c'est sans doute à cela qu'on reconnaît les grands stratèges Very Happy ), le sire du Pieu envoie néanmoins un parti de vougiers sur sa droite pour voir ce qui brûle ainsi dans la forêt.





Ils n'y trouvent que quatre pillards occupés à brûler une cabane. Menacés, les brigands acceptent de se joindre à la troupe du sire du Pieu (mais il faudra sûrement les surveiller de près).

De l'autre côté, le sire de Gleievec continue son avance, sourd aux insultes que lui lancent des paysans armés qui sortent de la forêt et montent en haut d'une colline :





Gleievec et Le Pieu sont plus pacifiques qu'il n'y paraît : ils s'envoient des messagers, et négocient à plusieurs reprises ; le sire du Pieu consent à laisser le passage à Gleievec contre le paiement d'un droit de passage.

Les Anglo-Bretons du sire de Gleievec parviennent enfin au gué de Ker Uhel, dangeureusement étirés le long de la rivière (en haut de l'image). Le sire du Pieu réclame alors un second droit de passage s'ils traversent le gué, et masse ses lanciers pour appuyer sa demande (en bas de l'image) :
(ces taxes se répètent comme un écho, devraient-elles donc être nommées : écho-taxes ?)



De l'autre côté du gué, deux personnages attendent l'alchimiste : un apothicaire (que l'alchimiste voulait renconter), mais aussi le propre neveu de l'alchimiste ! (celui qui, on s'en souvient, avait été emmené par les Français dans la dernière aventure). Ayant lui aussi échoué à améliorer la poudre noire et tombé en disgrâce auprès de ses employeurs, il avait arrangé cette entrevue avec son oncle pour parler de leurs affaires de famille. La troupe franco-bretonne étant proche, l'apothicaire et le neveu se disent qu'ils seront sans doute durement questionnés s'ils se font prendre, et décident donc de rester avec les Anglo-Bretons de Gleievec.

En face du gué, les Franco-Bretons ont formé un « mur de pavois » quasi-invulnérable aux flèches tirées de loin. Justement, les premières flèches commencent à voler à ce moment.





Dernière édition par Patrice le Ven 8 Aoû 2014 - 18:50, édité 1 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Patrice

avatar
Admin
Près du village de Kernevez, un groupe de Gallois (de l'armée anglaise) vient d'apparaître et d'entrer dans un champ (en bas à gauche de l'image) !





Le sire du Pieu a rallié le groupe de paysans qui avaient tout-à-l'heure tenté d'attaquer les Anglo-Bretons près du bois. Encouragés par quelques-uns de ses propres hommes, il leur commande de se faufiler le long des maisons pour approcher du champ sans risquer de recevoir des flèches galloises...



…puis de se précipiter à l'assaut ! plusieurs d'entre eux tombent aussitôt sous les flèches, dont le moine qui les commandait. Au lieu de les effrayer, cela les rend encore plus furieux ! ils chargent aveuglément, ouvrant ainsi la voie aux fantassins du sire du Pieu. De furieux corps-à-corps se livrent dans le petit champ :



Les Gallois succombent sous le nombre, leurs quelques survivants s'enfuient comme ils le peuvent.

Pendant ce temps, le sire de Gleievec parcourt le chemin inverse de celui qu'il a fait tout-à-l'heure et tente de se sortir de cette vallée ; poursuivi, au loin sur sa gauche, par les lourds lanciers du sire du Pieu :



Distançant un peu ses poursuivants, la troupe de Gleievec se croit bientôt en sûreté. Sur l'image ci-dessous on voit deux Gallois survivants la rejoindre en agitant leur oriflamme à croix de St-Georges rouge ; plus loin, des vougiers franco-bretons et des paysans locaux qui passent un gué à leur poursuite ; de l'autre côté, le sire du Pieu et ses lanciers apparaissent derrière le petit bois. On aperçoit aussi trois archers anglais que le sire de Gleievec fait marcher en arrière-garde pour dissuader l'ennemi de le suivre de trop près :





Le sire du Pieu, voyant que le gros de la troupe adverse lui échappe, décide de charger tout seul l'arrière-garde d'archers anglais !



Trois charges successives…



…et à chacune un Angloys succombe (il faut dire qu'ils préfèrent courir plutôt que bien tirer). Et le sire du Pieu s'en retourna chez lui, portant une belle brochette à la place de sa lance !


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Eric de Gleievec

avatar
A noter que nous avons aussi eu une belle escarmouche auprès du gué (peu après la constitution du mur de pavois, les pavisiers n'ayant eux-même pas été engagés). Cette escarmouche reste le passage de la partie qui a causé le plus de pertes dans les deux camps. Ce sont principalement les sergents montés qui ont morflé (surtout ceux de mon adversaire).

Cette escarmouche fut apparemment provoquée par le ferme refus du Sire de Gleievec, de payer une seconde taxe pour le passage du gué ; non mais faut pas nous prendre que pour des blaireaux, quand même !

Mais à mon avis, le Sire du Pieu n'attendait que ce refus pour en découdre.

Quoiqu'il en soit, cette escarmouche a permis à mes troupes de prendre le large (en emmenant et protégeant nos trois civils). Etant moins bien protégées que celles du sire du Pieu, elles étaient aussi beaucoup plus mobiles, ce qui a permis de s'éclipser avec le minimum de pertes.

A noter aussi, que les quatre brigands "embauchés" par le Sire du Pieu ont payé cher leurs méfaits ; deux d'entre eux ont servi de bouclier contre les tirs des archers anglois, lors de notre marche de retour ; et il est probable qu'après la fin de l'escarmouche, les deux survivants aient appris à se balancer au bout d'une corde ? Nous attendrons pour en être sûrs, la confirmation de Bruno.

Ce fut une aventure bien sympathique, même si les négociations ont quasiment été plus importantes que les combats. De toutes façons, on peut dire que nous avons tous deux mené nos missions à bien !


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

Eric de Gleievec

avatar
Pour les pertes : je crois que de mon côté elles se sont montées à 6 : 3 sergents à cheval, et les trois archers anglois (j'en avais 6 de chaque au départ !). Mais en échange, j'ai au moins recruté les deux lanciers gallois.

Et puis, nous rapportons un apothicaire ; ça peut toujours servir ! Et peut-être qu'à deux, l'oncle et le neveu vont enfin parvenir à nous pondre une recette intéressante de poudre noire. Peut-être...

A noter que les Gallois avaient perdu leur interprète, et étaient ainsi paumés en territoire ennemi, survivant comme ils le pouvaient, se nourrissant "sur la bête". Les deux lanciers ont été bien aise de pouvoir rallier notre camp.

Un troisième survivant de leur troupe court encore sur l'autre rive, un paysan berserk à ses trousses !


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

Patrice

avatar
Admin
Eric de Gleievec a écrit:A noter que nous avons aussi eu une belle escarmouche auprès du gué (peu après la constitution du mur de pavois, les pavisiers n'ayant eux-même pas été engagés). Cette escarmouche reste le passage de la partie qui a causé le plus de pertes dans les deux camps. Ce sont principalement les sergents montés qui ont morflé (surtout ceux de mon adversaire)

Ah oui, c'est vrai, j'avais oublié ça ! Neutral

Eric de Gleievec a écrit:A noter que les Gallois avaient perdu leur interprète, et étaient ainsi paumés en territoire ennemi

Oui, il y avait trois groupes de PNJ (personnages non-joueurs) maniés par l'arbitre jusqu'à ce que quelqu'un les prenne en charge :

— Huit Gallois (quatre archers longs, trois lanciers et un dizenier porte-enseigne). Gleievec avait été prévenu (hors jeu par ses alliés anglais) qu'une troupe de Gallois était perdue dans la nature : leur « latinier » (interprète) ayant été tué, ils ne comprenaient rien à ce qu'on leur disait en anglais ni en français et très peu en breton, donc ils erraient sans trop savoir quoi faire. Après avoir été décimés par les hommes du Pieu et les paysans, l'un d'eux s'enfuit hors du champ de bataille, deux parvinrent à rejoindre la troupe de Gleievec.

— Une vingtaine de paysans armés (venus des environs, mais pas du village) dont deux arbalétriers, partisans de Blois et désireux de combattre les Anglais. Au début ils tentèrent d'embuscader la troupe de Gleievec, mais renoncèrent vite devant la disproportion des forces. Puis le sire du Pieu les joignit à sa troupe.

— Quatre déserteurs pillards, prêts à piller ...ou à se rallier à quiconque les payerait ou les capturerait. Le sire du Pieu tomba dessus et en fit bon usage.

Et aussi bien sûr, l'apothicaire, et le neveu de l'alchimiste.



Dernière édition par Patrice le Ven 8 Aoû 2014 - 20:50, édité 1 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Bruno

avatar
oui je confirme les deux survivants déserteurs servent de repas au corbeaux. De mon côté 5 pertes , 3 infanteries montées et deux voulgiers. Je ne compte pas les deux déserteurs mort pour la cause ...

Matthieu

avatar
très sympas comme compte rendus, vivement la suite de cet aventure Smile

malo du Kern

avatar
Belle rencontre, beau décor.
Le récit est clair. Merci  Very Happy 
Patrice a écrit:

Le sire du Pieu, voyant que le gros de la troupe adverse lui échappe, décide de charger tout seul l'arrière-garde d'archers anglais !



Trois charges successives…

…et à chacune un Angloys succombe (il faut dire qu'ils préfèrent courir plutôt que bien tirer). Et le sire du Pieu s'en retourna chez lui, portant une belle brochette à la place de sa lance !

Le cavalier    qui a percé la ligne, a t 'il continué de l'autre coté de la ligne au tour suivant pour virevolter à 30cm Question
Est ce que les archers ont attendu de pied ferme les charges successives du cavalier noble classe4 avec armure classe5 Question
Si affirmative, Eric a tiré les leçons sur la charge de la cavalerie du Soudan. Il aurait dû tuer l'escuyer..;sauf malchance.

mon analyse.
Donc ont ils tiré le blanc dans les yeux (ou tir avant contact). Ou tiré à 30 cm à portée longue:?:

Si tir le "blanc dans les yeux", la dernière règle impose un malus au tir de 1 pour tir précipité( je n'approuve pas sachant que les javeliniers à cheval ne l'ont pas et que les archers l'attendaient de pied ferme, mais c'est ainsi  Very Happy )
Donc chaque tir touche sur 6+. Alors que la cavalier en mêlée touche sur 2+, ce qui est le maximum de la règle.
Avec 3 charges, un tir au but est probable 3/6+2/6+1/6    . Les archers avaient leur chance.

Autre tactique plus classique, Les archers non visés par la lance auraient pu tirer à chaque tour en phase de tir à 30cm en s'écartant de 2 pas de celui visé par escuyer:?: car cet archer sera tué sans opposé de résistance à l'élan de la charge.
Au tour zéro à 30 cm, cela fait 2 tirs 7+ =2/36. Au premier tour cela fait 3/6.
T2=1/36 puis T3=2/6 et
T5 =1/6. Et les archers avaient les mêmes chances.

Erratum 1,  What a Face  je n'ai pas vu que le tir d'arc long sur armure classe5 donne un malus de 1 qui s'ajoute au malus du tir blanc dans les yeux. On atteint 2 malus ce qui est la maximum autorisé.
Erratum 2,  What a Face  malus au tir de 1 pour tir précipité s'applique seulement aux armes de jet, pas à l'arc. Donc pour l'archer, ce que je viens d'écrire avec malus 1 est correct

Pour un javelinier, il y a bien un malus=2.
Dans ce cas cette tactique du tir le "blanc dans les yeux",n'a aucune chance de toucher sur 7+ What a Face 
Et l'autre tactique plus  traditionnelle, je n'y pense même pas avec du 8+.



Dernière édition par malo du Kern le Mar 12 Aoû 2014 - 23:35, édité 6 fois (Raison : corriger erreur probabilité archer sur le tir classique)

http://malo.du.kern.free.fr/Escarmouche.html

Ehouarn

avatar
Sur la route du retour, alors que je traverse le Poitou, je viens de prendre connaissance de ce compte rendu après 3 jours passés en Guyenne sans aucune connexion internet.

Tout d'abord bravo pour la table qui rend vraiment très bien en photo (mm sur le petit écran d'un iPhone), notamment ce qui semble être un petit ruisseau sur les 1ères vues. Cela donne effectivement beaucoup plus d'intérêt à regarder. La rivière modulable rend très bien également et ce serait bien de faire des chemins en terre selon le mm principe.

Pour ce qui regarde l'histoire en elle même je trouve vraiment intéressant de retrouver un fil conducteur avec des personnages de parties antérieures et de donner à chaque joueur des objectifs cachés. Ainsi pour "gagner" il ne s'agit pas simplement d'éliminer le parti adversaire.


_________________
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
http://www.biodanza56.fr

Eric de Gleievec

avatar
malo du Kern a écrit:Le cavalier    qui a percé la ligne, a t 'il continué de l'autre coté de la ligne au tour suivant pour virevolter à 38cm Question
Est ce que les archers ont attendu de pied ferme les charges successives du cavalier noble classe4 avec armure classe5 :?
Si affirmative, Eric a tiré les leçons sur la charge de la cavalerie du Soudan. Il aurait dû tuer l'escuyer..;sauf malchance.

mon analyse.
Donc ont ils tiré le blanc dans les yeux (ou tir avant contact). Ou tiré à 30 cm à portée longue:?:

Si tir le "blanc dans les yeux", la dernière règle impose un malus au tir de 1 pour tir précipité( je n'approuve pas sachant que les javeliniers à cheval ne l'ont pas et que les archers l'attendaient de pied ferme, mais c'est ainsi  Very Happy )
Donc chaque tir touche sur 6+. Alors que la cavalier en mêlée touche sur 2+, ce qui est le maximum de la règle.
Avec 3 charges, un tir au but est probable 3/6+2/6+1/6    . Les archers avaient leur chance.

Autre tactique plus payante, Les archers non visés par la lance auraient pu tirer à chaque tour en phase de tir en s'écartant de 2 pas de celui visé Question car l'archer sera tué sans opposé de résistance à l'élan de la charge.
Au tour zéro à 30 cm, cela fait 2 tirs 6+ =2/6. Au premier tour cela fait 5/6. (le cavalier devrait etre touché)
T2=1/6 puis T3=3/6 et
T3 =1/6

Erratum 1,  What a Face  je n'ai pas vu que le tir d'arc long sur armure classe5 donne un malus de 1 qui s'ajoute au malus du tir blanc dans les yeux. On atteint 2 malus ce qui est la maximum autorisé.
Erratum 2,  What a Face  malus au tir de 1 pour tir précipité s'applique seulement aux armes de jet, pas à l'arc. Donc pour l'archer, ce que je viens d'écrire avec malus 1 est correct

Pour un javelinier, il y a bien un maus=2.
Dans ce cas cette tactique n'a aucune chance de toucher sur 7+ What a Face 



Et l'autre tactique plus  traditionnelle
T0=3/6, T1=2/6 ,
charge 2 T2=2/6, T3=1/6
charge 3 T4=1/6
Cela va mieux mais est ce que le tir autour de la ligne est autorisé si la ligne est rompue par la mort d'un archer Question


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

Ehouarn

avatar
Patrice a écrit: Un petit noble nommé Yeun le Pieu, du même parti, a été chargé de protéger les environs contre les incursions et pillages des pro-Anglais : des bandes ennemies ou incontrôlées sont signalées dans les environs. Cet escuyer entre donc sur la table à la tête d'une petite troupe...

...et très prévoyant il se promène en pleine campagne en tirant derrière lui des mantelets pour ses arbalétriers. En effet, sait-on jamais, il pourrait être amené à assaillir quelque forteresse paysanne  Razz 

Naaan en fait c'est que le sieur Le Pieu comptait bien mettre en œuvre sa tactique favorite de la "tortue" - certainement héritée de très lointains ancêtre romains - consistant à protéger ses tireurs des traits ennemis en les rendant ainsi quasiment invulnérables derrière leurs protections - et de fait très meurtriers - en pleine campagne...  

c'est d'ailleurs très étonnant que les français n'y aient jamais pensé face aux anglais, car ainsi la guerre de 100 ans eu été moins longue  scratch


_________________
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
http://www.biodanza56.fr

Patrice

avatar
Admin
Ehouarn a écrit:notamment ce qui semble être un petit ruisseau sur les 1ères vues. Cela donne effectivement beaucoup plus d'intérêt à regarder. La rivière modulable rend très bien également et ce serait bien de faire des chemins en terre selon le mm principe

En fait il s'agissait de tout petits sentiers, mais exceptionnellement cette fois-ci je n'avais pas réussi à bien finir toutes les finitions à temps What a Face donc oui ça ressemble à de petits ruisseaux. Je pense faire aussi des ruisseaux mais un peu plus profonds avec des petites prairies humides en pente douce à côté. Pour que ça reste modulable je fais sortir ces sentiers à 20 cm ou 40 cm des angles (= au 1/3 ou 2/3 des largeurs de plaque).

ET du coup grâce à cette expérience je vois aussi de nouvelles solutions pour mes paysages semi-neigeux de Mandchourie qui n'avançaient plus  scratch

malo du Kern a écrit:(...)

Shocked Pourquoi est-ce que, quand on te lit, le jeu qui est si simple a toujours l'air horriblement compliqué...? Suspect 

Pour cette partie on avait admis la règle du tir différé ou préparé, c'est-à-dire que les archers auraient pu tirer normalement  s'ils avaient attendu au tour précédent ; mais ils couraient. On a quand même admis qu'ils puissent s'arrêter et faire un tir précipité (ou furtif) avec –1 au dé. Les piétons adverses étant proches, ils préféraient courir que bien tirer...

Ehouarn a écrit:très prévoyant il se promène en pleine campagne en tirant derrière lui des mantelets pour ses arbalétriers. En effet, sait-on jamais, il pourrait être amené à assaillir quelque forteresse paysanne  Razz 

En fait il les a amenés direct au village pour s'y fortifier, pensant sans doute que ce serait l'objectif ennemi ; pour les combats en rase campagne il a utilisé ses pavesiers formés en "mur de pavois".

Il y a bien certaines troupe anglo-bretonnes qui, elles, arrivent avec à la fois des archers longs et des pavesiers...  Wink


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

malo du Kern

avatar
Patrice a écrit:

malo du Kern a écrit:(...)

Shocked Pourquoi est-ce que, quand on te lit, le jeu qui est si simple a toujours l'air horriblement compliqué...? Suspect 

Pour cette partie on avait admis la règle du tir différé ou préparé, c'est-à-dire que les archers auraient pu tirer normalement  s'ils avaient attendu au tour précédent ; mais ils couraient. On a quand même admis qu'ils puissent s'arrêter et faire un tir précipité (ou furtif) avec –1 au dé. Les piétons adverses étant proches, ils préféraient courir que bien tirer...

Merci Patrice. tu confirmes ce que tu avais déjà évoqué. Les archers ont fuis.
J'étais surpris que 3 archers munis d'arcs longs n'ai pas réussi à tuer un fringuant escuyer français les chargeant par 3 fois. Sachant les résultats de Poitiers et surtout d'Azincourt...  study 

J'ai analysé devant vous en faisant des erreurs sur la règle What a Face  dans les proba  What a Face 
Je viens de corriger mes erreurs. ON les voit encore sur le commentaire d'Eric.

Contre un noble français chargeant à la lance couchée, il faut donc 3 archers anglais ou gallois l'attendant pour lui tirer le blanc dans les yeux.

Mais les anglais qui formaient l'arrière garde, ont rompu leur ligne.
Même en leur accordant un tir furtif avec malus de 1, ils n'avaient pas plus de chance que des javeliniers de le vaincre.

Et encore bravo Patrice pour la réalisation de ces prairies avec sentiers. Je croyais que c'était une réalisation de Denis ou Bruno. La qualité se rapproche de celle de Gary.

Et la rivière, elle ne serait pas une réalisation d'Eric Question

http://malo.du.kern.free.fr/Escarmouche.html

Ehouarn

avatar
Patrice a écrit: exceptionnellement cette fois-ci je n'avais pas réussi à bien finir toutes les finitions à temps

Ah je ne savais pas q'"exceptionnellement" était synonyme de "comme d'habitude"   


Patrice a écrit:
Ehouarn a écrit:très prévoyant il se promène en pleine campagne en tirant derrière lui des mantelets pour ses arbalétriers
Il y a bien certaines troupe anglo-bretonnes qui, elles, arrivent avec à la fois des archers longs et des pavesiers...  Wink

Ah mais pavois n'est pas mantelet à roulettes que je sache !  Razz 


_________________
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
http://www.biodanza56.fr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum