...Forum de jeux d'aventures de figurines miniatures, en Bretagne... et ailleurs aussi !

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » Colonial » La bataille de Kordouf : escarmouche sur le Nil !

La bataille de Kordouf : escarmouche sur le Nil !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Patrice

avatar
Admin
…Et voici donc le compte-rendu (aussi bref que possible, mais vous savez ce que c'est, dans une partie d'Argad il se passe tellement de choses en quelques heures seulement !) de la (grosse) escarmouche jouée au Salon de la Maquette de Lorient.

La table : 5 m x 2 m, divisée en trois parties : « Kordouf » une petite ville sur le Nil, aux anciens remparts mal entretenus et en partie disparus, défendue par une faible garnison égyptienne ; le désert avec quelques collines ; les terres et collines plus lointaines.

Les joueurs :
« le commandant égyptien, pacha Mohammed Kadir » : Bruno
« le chef du Camel Corps britannique, major Wellcot » : Eric
« le chef des troupes sur le vapeur, colonel Bardford » : Jean-Yves
« l'aventurier orientaliste Nathan Craft » : Ehouarn
« le chef du clan bedja, Abou Bali » : Patrice
« le calife, Sherif Ben Ali » : Malo

Photos : Bruno.

Vue depuis le Nil :



Collines dans le désert, sous contrôle des célèbres guerriers bedjas :



Un village lointain, d'où peuvent venir d'autres renforts mahdistes :



Les Baggaras, et les villageois du Kordofan, lancent l'attaque sur l'aile droite :



Avec un peu de retard, les Bedjas approchent de la ville sur l'autre aile :



Les renforts sont en route ! Un vapeur anglais...



…et le Camel Corps britannique, qui arrive enfin par le désert :



Dernière édition par Patrice le 22/11/2013, 15:05, édité 1 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Patrice

avatar
Admin
Les Baggaras et les Kordofans ont déjà investi une partie de la ville :
(oui j'écris "investi", parce que si je dis "envahi" ou "libéré" ça serait un parti-pris dans un sens ou dans l'autre mrgreen  )



De leur côté, les Bedjas ont passé les premières barricades...



….mais les tirs de mitrailleuse du vapeur les dissuadent de déboucher sur la place centrale !



Encore des renforts bedjas…



Cavalcades et tirs devant les anciennes portes…



Quelques éléments détachés du Camel Corps s'approchent et menacent les artilleurs mahdistes :



Les soldats et marins anglais enfin débarqués du vapeur se joignent aux quelques Egyptiens encore en vie. Remarquer aussi les quelques aventuriers qui se faufilent derrière les balles de coton, on ne vous en a pas encore parlé…



Dernière édition par Patrice le 22/11/2013, 14:27, édité 1 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Patrice

avatar
Admin
A peine débarqués, les Britanniques reçoivent des coups de feu tirés par des Mahdistes infiltrés dans les bâtiments qui entourent la place !
Nettoyage du bureau du port :



Contrairement aux apparences, le personnage en djellaba accompagné par ces deux aventuriers et cet officier égyptien n'est pas un civil soudanais, mais un explorateur orientaliste déguisé et parlant parfaitement la langue. Son but est de trouver une tombe perdue au fond du désert… mais, retardé par les combats, il a pris beaucoup de retard.



Sorti de la ville à dos de chameau, arrêté par des Baggaras, l'explorateur se fait tirer dessus par une sentinelle égyptienne ! Blessé, il parvient à s'esquiver et se réfugie auprès du Camel Corps britannique. Après s'être fait connaître de l'officier anglais et vaguement rétabli par une bonne dose de morphine (eh oui, contrairement aux autres, les personnages-joueurs ont "2 points de vie", ça aide), il le convainc de l'escorter sur la colline où il pense interroger un berger qui connaît des renseignements…



Mais les renforts baggaras venus du lointain village arrivent sur l'arrière du Camel Corps avant que celui-ci puisse se placer en bonne position défensive.



Le Camel Corps subit de lourdes pertes. Apparemment, l'explorateur s'est déjà esquivé par l'autre côté…



En ville, les Bedjas lancent un dernier assaut mais sont hachés par les tirs anglais. C'était très juste...



Au fond du désert, l'explorateur aperçoit enfin les ruines tant cherchées !
(bon à première vue c'est plus gréco-romain que soudanais… mais ça n'en a que plus d'intérêt archéologique !)
A l'intérieur, un coffre gardé par des squelettes animés… affraid  incapable de les vaincre, il doit prendre la fuite…
…mais qui a dit que ce n'est pas un jeu historique ? Sans doute a-t-il rêvé, bien sûr, affaibli par sa blessure ! What a Face 


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Eric de Gleievec

avatar
Joli compte-rendu, qui retrace bien l'ensemble des événements. Ce fut une victoire anglo-égyptienne, mais à quel prix !

Par contre je tiens à apporter quelques précisions sur l'information suivante :

@Patrice a écrit:il le convainc de l'escorter sur la colline où il pense interroger un berger qui connaît des renseignements…
En fait, cet aventurier de pacotille avait été arraché par le Camel Corps des griffes d'un Baggara qui l'escortait tout en le tenant à l'oeil. Il s'était fait reconnaître pour Anglais, alors que son geôlier courait se réfugier dans le village sur la colline, point de départ des Bedjas, maintenant quasiment désert.

Après avoir été soigné par le médecin du Camel Corps, l'explorateur en folie affirme au major Wellcot que le fugitif n'était autre qu'un officier mahdiste.
Le major, qui avait pour but d'arrêter le maximum d'officiers mahdistes afin de redorer son blason, entreprend donc de capturer cet homme et investit pour ce faire la colline. Pendant ce temps, l'archéologue des dépotoirs, qui s'était mis sous sa protection, lui fausse discrètement compagnie pour partir à la recherche de son temple maudit.

Et c'est à ce moment que les renforts baggaras ont attaqué les troupes du major massées sur la colline.

La suite, les journaux de l'époque l'ont suffisamment relatée : à l'issue d'une tempête de sable, on retrouva le major Wellcot avec un de ses soldats, dernier survivant de leur colonne, et un soldat baggara prisonnier (celui-là même qui escortait l'aventurier des banlieues londonniennes), que le major Wellcot présentait comme l'un des principaux chefs de la rébellion mahdiste.
Quant à notre scientifique, je le laisse nous expliquer s'il a osé faire part à l'Académie des sciences de ses édifiantes découvertes faites sous l'influence de la morphine...

Par contre les méharistes et cavaliers du Camel Corps étaient arrivés jusqu'à Kordouf, où ils ont mené de sévères combats contre les mahdistes, peut-être pas décisifs mais qui auront au moins aidé les renforts anglais en bloquant à l'extérieur de la ville une partie des troupes ennemies.
Ils se sont certes fait massacrer, mais avec davantage de gloire et d'à propos que leurs confrères sur la colline.


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

malo du Kern

avatar
Belles photos Bruno. Cela va me permettre de compléter celles de mon site.
http://malo.du.kern.free.fr/soudan/soudan.html Le récit n'est pas encore fini.

Bon compte-rendu Patrice sur les affrontements entre les Bedjas et les anglo-egyptiens.
@Eric de Gleievec a écrit:Joli compte-rendu, qui retrace bien l'ensemble des événements. Ce fut une victoire anglo-égyptienne, mais à quel prix !

Par contre je tiens à apporter quelques précisions sur l'information suivante :

@Patrice a écrit:il le convainc de l'escorter sur la colline où il pense interroger un berger qui connaît des renseignements…
En fait, cet aventurier de pacotille avait été arraché par le Camel Corps des griffes d'un Baggara qui l'escortait tout en le tenant à l'oeil. Il s'était fait reconnaître pour Anglais, alors que son geôlier courait se réfugier dans le village sur la colline, point de départ des Bedjas, maintenant quasiment désert.
phase1 :=Cet aventurier=Nathan Craft, qu'on se le rappelle, voulait a tout pris quitter le port.


Il se pointa à l’extérieur de la porte, bloqué par la ligne des guerriers du Kordofan. N'ayant pas de chef près d'eux, 2 cavaliers bagarra Misseiria trouvèrent cela louche. Comme Nathan insistait lourdement, ils décidèrent de l'escorter pour mettre ensuite la main sur l'objet de sa quête si urgente.
Galopant hors des murs, ils furent pris sous le feu des Egyptiens situés encore sur le toit de la porte. Ainsi Nathan Craft reçut une blessure au dos.
Samir le cavalier bagarra, resta seul avec  Nathan blessé. Il n'allait pas le laisser seul ou le ficeler dans cet état.

phase 2: Dans le Désert de Bayouda (2eme plateau), ils rencontrèrent le Camel Corps. Soudain Nathan tira lâchement  avec son pistolet sur Samir avant de se diriger vers les anglais. Avant de s'enfuir vers  le village des Bedjas, Samir tira à son tour sur Nathan qui galopait bien vite pour un blessé. Aucun ne fut touché.
Nathan alla ensuite dans le village après le départ du Camel Corps.


Phase 3: Samir sortait du village des Bedjas quand un autre escadron de la camel corps se dirigea vers lui. Ils étaient trop près pour s'enfuir. Aussi Samir se réfugia  sur le toit d'une maison pour ouvrir le feu sur les anglais qui montaient à pieds vers la maison.


phase4 : Samir tirait sur les anglais quand la bande de cavalier bagarra arriva dans le Désert. Ce sont les 22 Bagarra Rizeigat du Darfour du camp du plateau 3=montagne Djebel Barkal. Prévenu par une messager derviche d'une razzia sur le port de Kordouf,


leur chef Ali Sherif se montra intéressé par le raid.

Ils quittèrent leur campement du djebel en 2 colonnes. Ils galopèrent ainsi conduit par le messager puis arrivèrent dans le désert.

La colonne de gauche entendit l’échange de tir sur le village. Elle s'y dirigea pour découvrir la camel corps à pied montant la colline.

la colonne de droite continuait sa route avec le messager....

quand le tir nourrit de la coline l'avertit du combat. Elle s'y dirigea à son tour.


Phase 5: Les anglais incendièrent la maison pour déloger Samir. Pendant l'attaque des cavaliers d'Ali Sherif, Samir continua de tirer.
Les anglais montèrent sur la colline.


phase 6: Les anglais formèrent le carré.
Les archers Bagarra tirèrent sur leur flanc gauche.

Les cavaliers Bagarra chargèrent au centre et sur leur flanc droit en lançant leur javelot.

Ceux qui tombèrent furent remplacés par les suivants qui arrivèrent en mêlée.


phase 7: Samir dût quitter le toit qui s'effondrait miné par le feu.

Il fut assommé par 2 anglais qui avaient quitté le carré pour le poursuivre.

Le commandant Wellcot profita de la confusion qui régnait autour du carré pour s'éclipser (=filer à l'anglaise) en dévalant la pente accompagné du fusilier et de Samir. La tempête les surprit alors qu'ils venaient de trouver refuge dans une grotte de la colline. Toute trace de leur fuite fut effacée.



Dernière édition par malo du Kern le 23/11/2013, 11:45, édité 6 fois (Raison : photos remplacées)

http://malo.du.kern.free.fr/Escarmouche.html

Eric de Gleievec

avatar
Samir ! Voilà, c'est cela même. On se souviendra donc que le major Wellcot, avant son internement puis son passage en conseil de guerre, fut trouvé dans le désert avec un de ses soldats et le susnommé Samir, qu'il présenta comme "le cerveau qui tirait toutes les ficelles de la machination de la révolte du Soudan II le retour", et qu'il avait l'intention de jeter pieds et poings liés aux pieds de Sa Très Gracieuse Majesté la Reine Victoria.

Ces imbéciles de biffins qui le jugèrent ne voulurent rien entendre à la réalité des faits, manipulés qu'ils étaient par le complot hourdi en sous-oeuvre par ce gras planqué de colonel Bradford. Mais le futur donnera raison au major Wellcot, veuillez m'en croire !
  


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

Patrice

avatar
Admin
@Eric de Gleievec a écrit:Mais le futur donnera raison au major Wellcot, veuillez m'en croire !   
Oui… et on se souviendra longtemps de lui, parce que...

...malgré tout ce qu'on a pu dire de lui après ces déplorables événements dans le désert soudanais…

..c'était quand même un joyeux copain !




_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Ehouarn

avatar
@Eric de Gleievec a écrit:Ces imbéciles de biffins qui le jugèrent ne voulurent rien entendre à la réalité des faits, manipulés qu'ils étaient par le complot hourdi en sous-oeuvre par ce gras planqué de colonel Bradford. Mais le futur donnera raison au major Wellcot, veuillez m'en croire !
  
Maintenant qu'il a été rayé des corps de l'armée je peux le recruter comme aventurier pour aller chercher le fabuleux trésor du temple de la vallée des Baggaras, Nathan Craft à besoin d'hommes d'expérience de sa trempe


_________________
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
http://www.biodanza56.fr

Eric de Gleievec

avatar
"Mais bien sûr, quelle excellente idée !" s'exclama le Major Wellcot, en donnant une grande claque amicale dans le dos de Nathan Craft.
Juste là où il avait été touché par la balle égyptienne.


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

Matthieu

avatar
hèhè très bon compte rendus, vivement la suite de cette aventure cheers 

Luc

avatar
Très belle table et beau cr.
Il y avait combien de point dans chaque camp?

Patrice

avatar
Admin
@Luc a écrit:Il y avait combien de point dans chaque camp?
Bruno est demandé au parloir... Laughing 


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Ehouarn

avatar
@Patrice a écrit:
@Luc a écrit:Il y avait combien de point dans chaque camp?
Bruno est demandé au parloir... Laughing 
Ah cette manie de vouloir traduire une aventure en nombre de points !
Et dire qu'on avait réussi à briefer Malo pour qu'il arrête de tout vouloir calculer tout le temps Rolling Eyes


_________________
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
http://www.biodanza56.fr

Bruno

avatar
@Ehouarn a écrit:
@Patrice a écrit:
@Luc a écrit:Il y avait combien de point dans chaque camp?
Bruno est demandé au parloir... Laughing 
Ah cette manie de vouloir traduire une aventure en nombre de points !
Et dire qu'on avait réussi à briefer Malo pour qu'il arrête de tout vouloir calculer tout le temps Rolling Eyes
D'un certain point de vu oiu mais sans budget et sans préparation pour que ce soit équilibrer c'est injouable ....
environs 700 points de chaque côté pour les gens intéressés Surprised)

Patrice

avatar
Admin
@Bruno a écrit:sans budget et sans préparation pour que ce soit équilibrer c'est injouable
Oui c'est comme un film, le réalisateur il doit préparer le script, etc, mais pas nous le montrer quand on le regarde.

...ensuite, pour ceux qui veulent vraiment, il y a le "making of" sur le DVD. Laughing 


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Luc

avatar
@Ehouarn a écrit:
@Patrice a écrit:
@Luc a écrit:Il y avait combien de point dans chaque camp?
Bruno est demandé au parloir... Laughing 
Ah cette manie de vouloir traduire une aventure en nombre de points !
Et dire qu'on avait réussi à briefer Malo pour qu'il arrête de tout vouloir calculer tout le temps Rolling Eyes
Il y a calcul et calcul.
Les figurines ne sont pas les échecs pour leur déroulé mais l'absence de budget favorise celui qui achète / peint le plus. Sans doute es tu plutôt de cette catégorie... Razz Razz 
Merci Bruno, ça fait déjà un bel affrontement.

17 Epilogue prévisible le 4/6/2014, 20:19

malo du Kern

avatar
@Patrice a écrit:
...En ville, les Bedjas lancent un dernier assaut mais sont hachés par les tirs anglais. C'était très juste... 
Le canon mahdiste aura été capturé par le Camel Corps. Ce lieutenant bien téméraire mais si efficace va être promu.  Very Happy 
Le Kalif, Shérif Ben Hali des Bagarra Misseiria de la région de Kordofan, est resté avec son cheval de l'autre coté du muret en pierre que le Camel Corps n'a pas osé franchir. Il s'est sauvé à pieds piteusement avec les Bedja.  


Le chef Ali Sherif des pillards Bagarra Rizeigat du Darfour, s'est replié avec les fusils anglais et les bagages du Camel Corps.
Le colonel Bardford a repris le port.

@Ehouarn a écrit:
@Eric de Gleievec a écrit:Ces imbéciles de biffins qui le jugèrent ne voulurent rien entendre à la réalité des faits, manipulés qu'ils étaient par le complot hourdi en sous-oeuvre par ce gras planqué de colonel Bradford. Mais le futur donnera raison au major Wellcot, veuillez m'en croire !
Maintenant qu'il a été rayé des corps de l'armée je peux le recruter comme aventurier pour aller chercher le fabuleux trésor du temple de la vallée des Baggaras, Nathan Craft à besoin d'hommes d'expérience de sa trempe
Voilà tout ce que le site révèle sur la quête de l’explorateur
kordouf a écrit:-Contrairement aux apparences, le personnage en djellaba accompagné par ces deux aventuriers et cet officier égyptien n'est pas un civil soudanais, mais un explorateur orientaliste déguisé et parlant parfaitement la langue. Son but est de trouver une tombe perdue au fond du désert… mais, retardé par les combats, il a pris beaucoup de retard.
-Sorti de la ville à dos de chameau, arrêté par des Baggaras, l'explorateur se fait tirer dessus par une sentinelle égyptienne
-escorter sur la colline où il pense interroger un berger qui connaît des renseignements…
-Au fond du désert, l'explorateur aperçoit enfin les ruines tant cherchées !
A l'intérieur, un coffre gardé par des squelettes animés… affraid  incapable de les vaincre, il doit prendre la fuite…
Rien sur les indices ( Ok c'est secret)
mais rien sur la façon dont ils ont été trouvé ( ça Ehouarn peut le partager)
Bruno ou Ehouarn, pouvez vous ne le raconter. Merci

http://malo.du.kern.free.fr/Escarmouche.html

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum