...Forum de jeux d'aventures de figurines miniatures, en Bretagne... et ailleurs aussi !

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » XVIe et début XVIIe » Les Portugais en Inde 1500-15 : transposition sur la table de jeu

Les Portugais en Inde 1500-15 : transposition sur la table de jeu

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Byblos


[NOTE : C'est un ensemble de texte assez long mais je me suis dit que cela pourrait intéresser certains d'entre vous de suivre mon "cheminement" dans le projet]

Projet – Les Portugais en Inde 1500-15 : transposition sur la table de jeu


Après avoir exposé les évènements historiques et présenté l’ « Art de la Guerre » des Portugais en Inde entre 1500 et 1515 environ, voyons comment transposer tout ceci sur une table de jeu.

Cela sera très utile pour moi aussi d’ailleurs car cela me permet de faire un bilan et de mettre de l’ordre dans ce projet (et ma tête) : notez qu’il est fort possible que le projet évolue au fur et à mesure de sa concrétisation, et donc que j’édite et modifie ce texte.

Nous allons aborder les sujets suivants :

- Quels types de batailles (voire campagnes militaires) vais-je avoir à simuler !?
- Quels terrains (y compris les éventuels bâtiments et fortifications) vais-je avoir à créer !?
- Quelles figurines vais-je utiliser pour représenter les forces en présence (pas si facile que cela !) !?
- Quelle règle vais-je utiliser (avec la question cruciale du soclage !!!) !?

Préambule :
En guise de préambule, il me semble important de préciser que je vais jouer en 28mm ! Certes, cela va compliquer les choses car cela nécessitera des tables de dimensions assez conséquentes, où les troupes, bâtiments et éléments de terrain prendront de la place ! Mais pour la peinture des figurines, ma tâche en sera facilitée (je suis myope !) et esthétiquement je préfère le 28mm !

Autre point important : c’est un gros projet, il me prendra sûrement des années à achever mais le chemin est au moins aussi important à mes yeux que le résultat final !

(Notez que me connaissant, je travaillerais sur 1 ou 2 autres projets en parallèle histoire de me changer les idées)

Mais, j’espère avoir fini le plus gros du projet en 2 ou 3 ans.

Byblos


Batailles et campagnes militaires :

Comme nous l’avons constaté, les Portugais ne mettent guère en œuvre des effectifs importants (Rarement plus de 2 000 hommes, alliés locaux y compris !) et heureusement seuls les intéressent les îles, régions côtières, et ports, car sinon ces faibles effectifs n’auraient guère suffit !

Le résultat est que la plupart des batailles se déroule soit sur mer (batailles navales), soit dans ou autour de cités portuaires (batailles de siège).

Je laisse de côté les combats purement navals pour le moment, mais il me semble difficile d’ignorer l’élément naval lorsqu’il a une incidence sur les combats terrestres : débarquements, appui-feu à partir des rivières ou de la mer côtière. Je simulerai ceci !

Je me demande s’il ne serait pas possible d’envisager un système de campagne, les effectifs étant limités du côté Portugais (ainsi que les ressources) et leurs adversaires étant surclassés technologiquement et souvent divisés, le résultat pourrait être passionnant : à méditer !

En gros, les Portugais vont affronter 2 adversaires durant ces premières années de présence en Inde : le sultanat musulman de Bijapur (avec la prise de Goa) et le Royaume Hindou de Calicut. Ils auront aussi des démêlés avec le Roi de Cannanore : je vais d’abord me concentrer sur le siège de Goa, mais par la suite je modéliserai aussi les batailles de Cochin et de Cannanore.

3 Le terrain le Sam 1 Déc 2018 - 16:25

Byblos


Le terrain :

Il faut à la fois modéliser les bâtiments et le paysage (éléments de terrain).

La plupart des batailles se déroulant dans et autour de cités portuaires, il faut prévoir la présence de cours d’eau ou du rivage de l’océan.

Je vais m’inspirer du travail de Ron Ringrose, qui comme moi apprécie la dimension navale, et a construit une très belle table de jeu incluant les rivages de l’océan pour son projet « Guerre de 7 ans en Amérique » (Il me semble que ce soit la Guerre de 7 ans) : la table est constituée de « simples » plaques (en MDF ou en CP je suppose) peintes en nuances bleutées et vernies pour représenter la mer, puis au dessus, il pose des plaques de mousses d’isolation dans lesquelles il a découpé les contours du rivage, et floquées/peintes pour représenter le terrain de base : simple et efficace ! On peut même facilement alors représenter des hauteurs et des dénivelés de terrain.

[/justify]
(La SUPERBE table de jeu de Ron Ringrose !)

De mon côté, il y a prés de chez moi un grossiste en matériaux qui propose, à prix tout à fait abordables, des plaques de mousse d’isolation de dimensions et d’épaisseurs diverses (allant en règle générale de 3 à 5 voire 6 cm si je ne m’abuse). Pour le MDF/CP Leroy Merlin ou Brico-dépôt feront l’affaire !

Pour les éléments de terrain, je vais veiller à représenter la végétation particulière de l’Inde côtière : de nombreux palmiers, des jungles assez touffues, et des zones de marécages. Je partirai de bases en carton de calendrier (préalablement vernies pour éviter de se gondoler sous l’effet de la colle blanche) et j’agrémenterai de plantes et de palmiers et arbres en plastique (que je repeindrai rapidement pour gommer justement l’effet plastique) que j’achète chez Décors Miniatures (ce n’est pas cher et de qualité, d’autant qu’au total il m’en faudra une certaine quantité !). J’utiliserai aussi quelques arbres plus classiques, en évitant quand même les pins ou sapins !

Pour les zones de marécage je ne sais pas encore exactement comment je vais m’y prendre : je pense représenter l’eau simplement par des « flaques » de peinture verdâtres et/ou bleuâtres, passées au vernis brillant, et envahies de verdure.



Je pense réaliser des éléments de terrain de dimensions diverses, de 5 cm sur 5 cm, et jusque 15 voire 20 cm de côté ou diamètre (au-delà je pense que cela sera moins pratique).

Pour les bâtiments là c’est plus complexe, mais quel plaisir de planifier et de réaliser tout cela !!!

Comme expliqué, je me concentre d’abord sur le siège de Goa : il nous faut donc reproduire la cité de Goa en 1510 et ses alentours.

Goa à l’arrivée des Portugais dans ses eaux, vers 1510, est possession du sultanat musulman de Bijapur : cela signifie donc qu’elle possède à la fois un caractère musulman (la population en les murs est majoritairement musulmane) et hindoue (la population rurale est majoritairement hindoue). La question est : laquelle des 2 civilisations impose son caractère à Goa !? Ou y’a-t-il synthèse !?

Notez que je n’ai pas trouvé de reconstitution de la Goa de 1510, et que les témoignages de l’époque (dont ceux d’Albuquerque, le conquérant de la cité) ne s’attardent pas sur une description de la cité, et encore moins sur son architecture !

Or, si au Sud de l’Inde, les communautés musulmanes ne sont pas dominantes (mais sont influentes, intégrées, et métissées), au centre et au Nord de l’Inde, les Musulmans dominent depuis déjà 2 siècles ! On peut donc raisonnablement penser qu’ils ont imposé dans ces régions leur architecture. Je pourrai nuancer en indiquant que Goa est tombé dans l’escarcelle Bijapoure depuis 1496 seulement (soit une quinzaine d’années auparavant), laps de temps peut-être insuffisant pour changer du tout au tout le caractère architectural de la cité MAIS une fois la cité hindoue prise, les Musulmans l’ont rasé et rebâtie ! Donc je pense raisonnablement pouvoir donner un caractère architectural plus musulman qu’hindou à Goa (du moins en ses murs).

Maintenant allons plus loin dans la réflexion : les Musulmans sont présents en Inde depuis prés de 2 siècles : l’architecture Hindoue n’aurait-elle pas pu les influencer !? Y at-il eu synthèse !? Et en ce cas l’architecture de Goa bien que musulmane serait-elle mâtinée de caractéristiques architecturales hindoues !? Je ne sais pas ! J’aurai tendance à penser que oui !

Et là 2 éléments entrent en compte : d’une part le fait que, faute de place / temps / argent je fais en sorte que les décors que je réalise puissent être utilisés pour d’autres projets, et d’autre part le fait que ce que je recherche dans ce projet c’est aussi un peu d’exotisme, de sortir des sentiers battus.

Et de ce fait, je vais considérer que l’architecture urbaine et obsidionale (les fortifications si vous préférez) de la Goa Bijapoure de 1510 est de caractère musulmane mais mâtinée d’éléments hindous.

Je vais aller même encore plus loin : je voudrai pouvoir utiliser ces décors pour mon autre projet à savoir les Timourides (Asie Centrale donc) au XVé siècle. Je vais donc pouvoir donner un caractère quelque peu Centralo-asiatique voire persan (car la Perse influence l’Inde du Nord et l’Asie Centrale au moyen-âge et à la renaissance) à cette Goa de 1510, et je pense qu’historiquement, cela se tiendra !

J’ai oublié de préciser que nous avons quand même quelques données architecturales sur la Goa de 1510, détails donnés par son vainqueur, Albuquerque. Nous savons que ses murailles étaient basses et fragiles (Albuquerque la fera renforcer et la garnira de redoutes), qu’on y trouvait dômes et minarets (ce qui indique clairement une architecture proche de l’architecture arabo-musulmane classique vous remarquerez !), que le palais de l’Adil Shâh comportait des terrasses et des galeries, que les toits de palmes étaient nombreux (ça c’est un caractère tout à fait indien car on utilisait les feuilles de palmiers pour les toitures, et ces feuilles brunissaient avec le temps). Nous savons aussi qu’il y avait des écuries pour les chevaux et les éléphants, et que les murailles étaient percées de plusieurs portes fortifiées dont une donnait sur le fleuve. Dômes, minarets, toits de palme, on sent qu’il y a un mélange architectural quand même …

Bref, voilà ce que j’ai décidé (car il faut bien se décider si on veut avancer) :




Les murailles seront plutôt basses, et les créneaux seront arrondis et rapprochés. Cela fait très indien, et je pourrai les utiliser aussi pour mes Timurides.

Les tours seront rondes, pas très hautes (à part peut-être celle donnant sur le fleuve).

Les 2 grandes tours seront rectangulaires et serviront aussi de casernes. Elles seront équipées, tout comme les portes fortifiées, de volets de combat.

Il y aura 2 types de portes fortifiées : des tours percées d’une porte (ce seront les mieux défendues et donneront sur le fleuve ou les routes stratégiques, ou un simple encorbellement crénelé au dessus d’une porte percée dans la muraille pour le port (lui-même défendu d’une redoute) et l’arrière-campagne (vers les champs et les fermes donc).

A noter que les portes fortifiées auront une forme, un contour « hindoue », celle percées dans la muraille seront plus simples à priori (ou pas, je n’ai pas encore décidé !).

Il y aura 2 grands bâtiments importants : la mosquée et le palais de l’Adil Shâh, souverain de Bijapur (notez que cela n’est pas sa capitale mais une cité portuaire d’importance car c’est par là que transitent les chevaux provenant de la péninsule arabique et destinés à ses armées).

Pour la mosquée j’opte pour un bâtiment résolument de type arabo-musulman mais le toit du minaret sera amovible et je fabriquerai 2 toits différents : un simple dôme purement arabo-musulman et une autre version avec un dôme plus élaboré, et plus hindou !

Pour le palais, j’ai opté pour une architecture plus persane qu’autre chose : l’architecture persane influençait beaucoup l’Asie Centrale et l’Inde Musulmane, et puis on y retrouve la terrasse et les galeries décrites par les Portugais à Goa. Je vais faire 2 toitures différentes pour la grande salle : une en tuiles (plutôt persane) et une en dôme (plutôt arabo-musulmane). Et pour la réalisation, je me suis beaucoup inspiré des dessins au trait réalisé au XIXe siècle par le français Eugène Flandin.


(Palais persan par Eugène Flandin)

Il y aura une grande écurie qui pourra accueillir aussi bien des chevaux que des éléphants.

Pour les maisons, je vais aussi suivre Eugène Flandin et réaliser des demeures d’architecture classique arabo-musulmane, mais avec plein de petits détails (repérés sur les dessins de Flandin) et une option « indienne » : des « pergolas » avec toits en palmes ! Elles seront amovibles, optionnelles donc, et seront simplement posées (ou pas) sur les terrasses des maisons. Je réaliserai au moins une demeure plus « riche » avec un jardin clôt, un bassin, etc...



Il y aura une place devant la mosquée, et quelques jardins.

Le port quant à lui sera une (relativement) grande étendue, avec des petits bâtiments adossés aux murailles de la cité, en bois/claies/toits de palmes. On y trouvera de nombreux stocks de bois, cordes, etc. Il aura la particularité d’être protégé par une redoute donnant sur le fleuve. Pas vraiment de quais, les navires étant soit hissés sur la plage (avec des éléphants et des cordes) soit chargés/déchargés avec de petites embarcations à fond plat.

Enfin, il y aura un faubourg car l’on sait que des combats eurent lieu dans les faubourgs où les Portugais furent attaqués par des pots à feu lancés depuis derrière les palissades des cours des maisons. Donc je vais prévoir quelques maisons adossées à l’extérieur des murailles, plutôt d’architecture indienne pour le coup, avec des courettes (où poussaient d’ailleurs des poivriers !) délimitées par des palissades …

Les maisons du faubourg seront plutôt petites, avec des toits de tuiles (rares) ou de palmes (communs), un petit jardin, et le fameux Tinaï (entrée couverte avec banquette en pierre et petite colonnade), les murs auront un soubassement de pierre et pour le reste seront enduits .

Enfin, je sais qu’il existait les ruines d’un temps dédié à Ganesh sur une ile en face de Goa, sur le fleuve Zuwari. Cela pourrait être intéressant de représenter les ruines d’un temps sur le plateau de jeu, avec une statue de Ganesh envahie par la végétation. Dans un de mes ouvrages sur l’Inde classique (Time-Life éditions), j’ai même trouvé une photo et un plan d’un temple Troglodyte : pourquoi ne pas représenter en fond de table l’entrée d’un temple troglodyte abandonnée, avec une statue de Ganesh !? A voir …



Les dimensions de l’ensemble !? Il faut non seulement que cela tienne sur une table d’au maximum 2,4m sur 1,8m mais, de plus, il faut qu’il y ait un espace suffisant autour de la cité pour que placer le port et les faubourgs, et que les forces adverses puissent se déployer et lancer leurs assauts.

Mais nous allons quelque peu élargir la perspective, et vous allez comprendre pourquoi …

La cité de Goa en 1510 se situe sur la rive Nord-Est d’une grande île nommée Tiswari. Cette île a la particularité d’être complètement cernée par des fleuves et l’océan : à l’Ouest l’Océan Indien, au Nord le fleuve Mandovi et au Sud le fleuve Zuari, et ces 2 fleuves font le tour de l’île par l’est et s’y rejoignent. De ce fait, les bacs et gués reliant l’île au continent sont des points stratégiques pour Goa, et plus particulièrement 2 : la citadelle de Panaji, sur la rive Ouest, qui garde l’accès à l’Océan, et le gué fortifié de Banastri, qui permet de passer sur le continent, sur la rive Est.



Toute simulation du siège de Goa, quelque soit l’assiégé et l’assiégeant, se doit de prendre en compte ces 2 points stratégiques. Imaginez alors la richesse stratégique et tactique offerte !

Petite digression historique pour vous donner une idée de cette richesse : lors du siège de Goa par les forces de l’Adil Shâh (la cité est alors aux mains des Portugais depuis quelques semaines), les Portugais durent diviser leurs maigres forces entre Goa, Panaji et Banastri, donc des choix à faire ! Ensuite, durant les premiers combats, ils eurent à gérer le mouvement de leurs réserves et de leurs officiers entre tel ou tel points menacés, encore d’autres choix à faire ! Et de même l’attaquant doit lui-même choisir comment répartir ses forces, et où il considère qu’il doit mener les attaques les plus décidées.

Et là 2 possibilités s’offrent : soit sur la même table de jeu sont placés la cité de Goa, la citadelle de Panaji et le gué fortifié de Banastri, soit on crée 3 tables différentes : Goa, Panaji, et Banastri !

Ma première idée a été de tout placer sur la même table : déjà une table de 2,4m sur 1,8m ce n’est pas évident à construire/ranger/déployer, mais alors imaginez 3 ! Déjà cela n’est plus possible de les déployer à 3 en même temps, sinon en conventions …

Mais d’abord, pour ce qui est de Panaji et de Banastri, on n’est pas obligé de faire une grande table de 2,4m sur 1,8m !

Voyons d’après les témoignages des contemporains comment se présentaient la citadelle de Panaji et le gué fortifié de Banastri (appelé à l’époque le Pas de Banastri).

Pour la citadelle, il y avait clairement des éléments en pierres, des murailles (où se trouvait de l’artillerie) et une tour, mais l’ensemble ne devait pas être gigantesque car les Portugais le prirent d’assaut avec des échelles et s’en emparèrent relativement facilement, la garnison ennemie se montant à 400 hommes. De plus il semble que l’ensemble n’était pas vraiment clos, car les arrières étaient protégés par des fortifications ad-hoc de levées de terres et de palissades en bois. J’imagine donc une petite fortification médiévale, avec des murailles basses et une tour (on sait qu’il y avait une tour), mais un ensemble ouvert sur les terres intérieures à l’arrière, protégé par quelques fortifications de terre et de bois. Comme mon rapport sera de 1 figurine pour 20 combattants dans la réalité, cette citadelle sera défendue par une vingtaine de figurines. Par contre, il faut pouvoir représenter une certaine surface d’océan histoire de pouvoir simuler l’approche d’une force de débarquement, et il faut pouvoir aussi simuler un assaut depuis l’intérieur des terres. Bref une table avec une citadelle en position presque centrale, avec à l’Ouest le rivage et l’océan, et à l’Est la terre ferme. (Notez que la citadelle était située sur une élévation de terrain). Je ne pense pas que cela nécessite obligatoirement une grande table de 2,4m sur 1,8m, mais il me faut réfléchir sur les dimensions de table à adopter. Pour l'instant, j'ai tout simplement rajouté 2 petits modules pour représenter Panaji et Banastri.









Pour ce qui est du Pas de Banastri, on sait qu’il y avait une tour en pierres (le Pas de Banastri servait aussi de péage) mais à priori pas de murailles, par contre là aussi des levées de terre et des palissades. Sur la table de jeu il faudra évidemment représenter le fleuve, avec de chaque côté la terre ferme (à l’Ouest l’île de Tiswari et à l’Est le continent). Là aussi pas besoin de ‘une grande table !

Mais, qu’importe, loger 3 tables (dont une grande) dans une pièce est une gageure !

Bref pour le moment j’hésite ! Je pense que je vais fabriquer la citadelle de Panaji, la tour de Banastri, et j’aviserai par la suite : si ça tombe, je pourrai les placer avec Goa sur une seule grande table tout en laissant suffisamment de surfaces ouvertes.

Il y aura aussi quelques maisons et fermes d’architecture purement indienne, notamment au Nord-Est de Goa. Je n’aurai pas la place de représenter des champs et des fermes, aussi me contenterai-je d’une ferme le long d’un chemin et de quelques éléments de terrain représentant des cultures. De même entre la citadelle de Panaji et Goa il y avait un village, si j’ai suffisamment de place je placerai quelques petites maisons pour figurer ce village.

4 Le choix des armes (Figurines & cie) le Sam 1 Déc 2018 - 16:33

Byblos


Les figurines : comment représenter les différents protagonistes !?

Pour les Portugais, à part l’artillerie, ce n’est guère compliqué ! Un point important est le casque type Morion qui au début du XVIe siècle n’est pas encore utilisé. La gamme « Conquistadores » Foundry est parfaite car pas de morions, et les figurines sont superbes ! Je complète par des figurines Eureka, un peu plus fine mais parfaitement compatibles. Je pioche dans leur gamme « Conquistadores » et leur gamme « Portugais XVIe S » : je veille seulement à ne pas utiliser les figurines portant un morion, et les figurines équipées de mousquets, préférant les arquebuses en usage au début du XVIe S. Attention toutefois certains Conquistadores espagnols Eureka portent des bijoux amérindiens, fruit d’un pillage ou prises de guerre je suppose, mais parfaitement incongrus sur des Portugais en Inde, je n’utilise donc pas ces figurines non plus !

Pour ce qui est de l’artillerie, n’imaginez pas les pièces de qualité utilisées pendant les guerres d’Italie : nous sommes en 1500, les fûts sont encore relativement grossiers, et les affûts grossiers eux aussi en bois. J’ai donc fait des recherches et trouvé 2 petites bombardes sur un affût bas et grossier, chez Black Tree Design, dans leur gamme Guerre de 100 ans. Ils seront parfaits pour les petites pièces d’artillerie. Par contre on peut utiliser la grosse bombarde Eureka, et aussi une autre type Guerre de 100 ans trouvées elle aussi chez BTD.


(Artillerie BTD)

Les Portugais utilisaient peu de chevaux (ils n’auraient pas supporté le voyage depuis le Portugal, ni le climat indien d’ailleurs) mais par mes recherches j’ai appris qu’ils n’hésitaient pas à utiliser les chevaux de prise, notamment à Goa. Albuquerque se déplaçait avec une petite suite de cavalier pour inspecter le nouveau domaine de la Couronne, et pendant les combats lors du siège de Goa par les forces de l’Adil Shâh, il se déplaçait à cheval entre Goa, Panaji et Banastri pour encourager ses hommes et donner ses ordres : je pourrais donc acheter quelques cavaliers, chez Eureka je pense.

Chez Eureka enfin, je n’ai pas hésité à acheter les esclaves « quilombo », censés représenter des indigènes Brésiliens au service (forcé ou pas) des Portugais, car ils représentent à merveille les alliés indiens des Portugais comme par exemple le fameux corsaire Timoji.

Au total, entre Foundry et Eureka, je me retrouve avec une bonne centaine de Portugais & alliés, la plupart des arquebusiers et bretteurs, avec quelques hastiers et arbalétriers, et suffisamment d’artilleurs et de pièces pour 4 socles d’artillerie (2 pièces légères et 2 lourdes). En ces premières années en Inde, les effectifs Portugais dépassant rarement les 2000 hommes, je peux me baser sur un ration de 1 figurine pour 20 ou 25 hommes dans la réalité, somme toute une échelle assez répandue sur nos tables ! (Bien que cela représente de fait des armées ennemies de 400 à … 2000 figurines, de fait, proportionnellement, hum …)

Voyons maintenant leurs adversaires, et ici en l’occurrence les armées musulmanes-indiennes du Sultanat de Bijapur !

Là ce n’est pas évident ! Pas du tout évident ! Nous sommes en 1500, en Inde : il n’y a vraiment pas beaucoup de gammes de figurines sur ce sujet ! De plus nous sommes en Inde musulmane, où officient des armées mélangeant allégrement mercenaires (Perses, Turcs, Roumes c'est-à-dire Mamelouks dont des Nubiens), musulmans et indiens, sans compter des renégats ex-chrétiens ! En même temps … j’aime !

Je me base sur les listes d’armées de DBR et FoG, que je mâtine de mes connaissances et des (rares) descriptions des combattants livrées par les protagonistes !

J’en tire la description suivante des armés musulmanes-indiennes en 1500 : quelques éléphants de guerre, une cavalerie de qualité, souvent en armure, en quantité non négligeable, et des floppées d’indiens (bretteurs, javeliniers mais surtout archers). Côté armes à poudre cela ne se bouscule pas : quelques rares arquebusiers, des pots à feu, et un peu d’artillerie lourde type bombarde, pas très mobile, puissante mais à la précision approximative. Les listes FoG ajoute de la cavalerie indienne légère.

En mâtinant avec les récits des chroniqueurs de l’époque, on constate, à Goa du moins et pour l’instant c’est bien là notre projet central, la présence de nombreux mercenaires qualifiés de « blancs » (en fait des Turcs et des Perses) et des Roumes (en fait des rescapés de la flotte Mamelouke détruite par les Portugais quelques mois auparavant, donc des Arabes et des Nubiens). Et enfin des renégats chrétiens !

Côté tactique, les Portugais en Inde mènent plutôt des combats de siège, en tant qu’assiégés ou assiégeants, et c’est ce qui se passe à Goa. Je vais donc privilégier le combat à pied, même si je peux utiliser un peu de cavalerie, notamment une fois la citadelle de Panaji et le Pas de Banastri tombés, mais uniquement en poursuite, la cavalerie ensuite ne servant guère à grand-chose contre les murailles de Goa, ou alors en rase-campagne si les Portugais tentent des sorties, comme ils l’ont fait historiquement.

Hé bien les figurines de fait ne vont pas se bousculer à l’enrôlement, mais après des heures de consultation de documentations et de réflexion, voici les figurines que je compte utiliser :

Gripping Beast => je vais utiliser … leurs Timourides ! Ils sont presque parfaits : casques pointus, turbans, tuniques, cuirasses de cuir et/ou maille, quelques plaques d’armure, sabres, lances et arcs. Je vais surtout utiliser les archers lourds à pied, les éléphants et la cavalerie. [/justify]
(Timourides GB)

Je vais aussi utiliser quelques figurines de leur gamme « Mutawiah » (les fantassins lourds avec casques pointus, et certains archers en casque, sans voiles). Et je vais aussi utiliser quelques figurines de leur gamme « Maures » et « Andalous » ! Oui ce n’est pas la période et le lieu du tout, mais pour représenter des miliciens ou des marins, ces figurines portant des mailles et des casques pointus, ou de simples tuniques, en n’utilisant pas celles portant le voile, seront parfaites ! Et je vais même utiliser quelques Nubiens pour représenter des marins rescapés de la flotte Roumes !


(Mutawia GB)

FireForge => Une seule référence : les 6 archers lourds « arabes ». Ils sont une plaie à monter (résine) mais se mixent parfaitement avec les archers lourds à pied Timourides de chez GB.


(Les archers lourds Sarrazins FireForge)

Foundry => Dans leur gamme consacrée à l’Inde au XIXe S, je vais utiliser leur cavalerie légère indienne, leurs bretteurs, leurs javeliniers, leurs officiers (en ôtant leurs pistolets à la ceinture), leurs paysans, leurs artilleurs, leurs civils et leur éléphant servant à tirer l’artillerie (pour le port de Goa, là il tirera les barges sur la berge). Dans leur gamme « Zanzibaris », je vais utiliser leurs artilleurs, leurs bretteurs et arquebusiers. Bon c’est vrai qu’ils sont un peu trop « habillés » mais mélangés à ceux de la gamme « Inde XIXe S » cela passera parfaitement !

Footsore => Je vais utiliser leurs cavaliers Mamelouks pour représenter les cavaliers de classe inférieure type Jagirdir et Sowars, leurs commandement de cavalerie, leurs lanceurs de pots à feu (certes je ne dois pas utiliser de figurines portant le voile, mais là ça passe car c’est pour se protéger de la fumée et des brûlures !), leur infanterie lourde arabe (4 figs) et leurs fantassins arabes (bretteurs et lanciers) ne portant pas le voile.


(L'infanterie lourde arabe Footsore)

Indus Miniatures => Bon, leurs figurines sont bien gravées, et parfaites pour représenter la piétaille indienne, mais les poses ne sont pas assez variées, et trop figées. On verra bien, mais j’utiliserai au moins celles que j’ai.

Black Tree Design => Alors là c’est particulier. D’abord je vais utiliser certains de leurs Sarrazins car ils sont plus tardifs que ceux que l’on trouve habituellement sur le marché. Ce sont des Ayubides donc ils portent rarement le voile (ce ne sont pas des Maures). Plus tardifs ils sont de fait mieux équipés, avec des côtes molletonnées et/ou des mailles, des casques avec ou sans turban. Et plus étonnant sans doute, je vais utiliser certains de leurs Sarrazins « médiévaux-fantastiques » : certains commandements (qui font turco-mongols et que je pourrai même utiliser pour mes Timourides) et une référence d’archers.


(Les Sarrazins BTD)

Il me manquera clairement des archers indiens (j’en ai avec les marques susmentionnées mais trop peu) et je me tâte à prendre des archers Indiens antiques : j’y réfléchis encore …

Pour l’artillerie, je vais utiliser toutes sortes de bombardes médiévales, grosses ou petites (Old Glory, BTD, etc.) et les artilleurs itou. A part les Foundry indiens, les autres seront occidentaux, je rajouterai en greenstuff des turbans pour les orientaliser un peu, cela passera sans problèmes (d’autant que les artilleurs étaient souvent des Turcs ou des renégats chrétiens) !

Vous l’avez bien compris, tout ceci est un joyeux bordel ! Mais en fin de compte c’est très exactement ce qu’étaient les forces de Bijapur à Goa, et les forces musulmanes indiennes en général ! Maintenant le travail consiste à tout ébavurer, et à voir de quelle façon je vais mélanger toutes ces figurines pour donner un minimum de cohérence aux diverses unités que je vais ainsi créer…

(Et rien ne dit que par la suite, de nouvelles figurines viendront s’ajouter à l’ensemble)

Le volet naval :

Difficile dans ce projet d’ignorer la dimension navale des campagnes militaires Portugaises en Inde : les Portugais affrontent leurs ennemis dans de nombreuses batailles navales, et mènent combat dans des régions côtières et pour des cités portuaires. Que ce soit en mer, sur les fleuves et rivières ou dans les marécages, les Portugais comme leurs adversaires utilisent des navires pour lancer des assauts, se déplacer, traverser des cours d’eau, mener des raids, transporter le ravitaillement et le matériel, etc. Les Portugais utilisaient des chaloupes qu’ils équipaient de petites pièces d’artillerie !

Pour ce qui est des batailles purement navales, je passe car il faudrait d’énormes surfaces de jeu pour que cela aie un intérêt tactique.

Par contre je peux faire intervenir de petits navires, les fameuses Paraos par exemple (de petites galères), et toutes sortes de petits navires à fond plats et à rames. Je peux aussi par souci de réalisme, de mise en scène hollywoodienne, ou tout simplement me faire plaisir, mettre en scène, en fond de décor, de gros navires de guerre Portugais, appuyant de leurs canons les troupes combattant sur le rivage (on peut même imaginer que leurs canons aient réellement un impact sur la partie).

J’ai la chance d’avoir dégotté à très bon prix le seul modèle existant d’une caraque du XVIe siècle (1540 environ) à l’échelle de nos figurines (1/50e environ) : de marque Mamoli, c’est un beau bébé qui mesure quelque 90cm de long à l’échelle, fond de décor donc ! J’ai aussi des modèles à la même échelle des caravelles de Christophe Colomb …

(La grande caraque Mamoli au 1/54e)

Pour ce qui est de tous les autres navires – Paraos, barges, barques, etc. – mon idée est de les réaliser en scratch : c’est un gros boulot mais je pense en être capable, et cela limitera les coûts, de toutes les façons le marché ne propose pas grand-chose, même rien dans ce genre ! Seul hic il me faudrait des rameurs en 28mm, surtout des rameurs debout d’ailleurs ! J’ai dans l’idée d’utiliser des rameurs Sengoku Jidaï de chez Scheltrum Miniatures, en ayant changé préalablement les têtes pour les remplacer par des modèles de tête plus « neutres ».

Ce volet naval se fera vraiment empiriquement et par tâtonnements, mais cela sera je pense un des atouts du projet !

5 Quelle règle utiliser !? le Sam 1 Déc 2018 - 16:43

Byblos


Quelle règle utiliser !?

Là aussi, il va falloir cogiter !

Ce projet ne verra que rarement, voire jamais, s’affronter de grandes armées en rase-campagne !

Ce seront plutôt des combats de type Escarmouche / Embuscade, et aussi des assauts contre des fortifications (guerre de siège). Ce seront surtout des combats d’infanterie, l’artillerie aura un rôle important, et de petits navires interviendront souvent !

Le commandement (et le moral) aura un rôle très important : les récits montrent que les chefs Portugais ont des caractères affirmés et sont très autoritaires (les soldats sont loin de chez eux, dans un pays hostile où tout est différent, ils sont mal payés et équipés, le moral peut s’effondrer très vite, les mutineries fréquentes). Ces chefs Portugais s’affrontaient même parfois entre eux, leur rivalité impactait leurs hommes ! De même chez les Indiens musulmans ou hindous, la structure très féodale, la diversité des troupes, la grande proportion de mercenaires, l’âpreté des combats contre des Portugais aguerris et mieux armés, font que la présence de chefs à poigne est primordiale ! Lors de l’assaut Portugais contre la citadelle de Panaji en 1510, la fuite du chef des mercenaires Turcs sonne le signal de la débandade de la garnison …

Ce ne sont donc pas des règles de bataille rangée qu’il me faudrait utiliser, mais des règles d’escarmouche, de grosse escarmouche plus exactement (car les effectifs pourront être importants)! Et il faut que ces règles puissent être utilisées pour simuler un siège, notamment des assauts contre un ennemi retranché, et qu’elles puissent aussi inclure un volet naval !

Et … ce n’est vraiment pas ma spécialité !

Ajoutons à cela le fait que je n’apprécie guère le soclage individuel des figurines : je préfère réaliser des bases de plusieurs figurines, permettant de réaliser des scénettes, de manipuler plus facilement les troupes, qui donne un aspect plus « dynamique » aux unités. Or l’escarmouche se joue souvent en soclage individuel : il me faudra aboutir à un compromis !

A noter que pour la guerre de siège, le défenseur devra garnir les chemins de ronde ou les tranchées de troupes, et nous ne sommes pas en Chine, les chemins de ronde ne font pas 5 m de large (10 cm à l’échelle), au plus je pourrai socler mes figurines sur une profondeur de 3 cm, ce qui me permettra de les placer sur les chemins de ronde, je peux aller jusqu’à 5 cm maximum à condition de répartir judicieusement les figurines sur le socle, mais au détriment de l’esthétique (Une partie du socle dépassera du chemin de ronde et sera suspendue dans le vide !).

Enfin, tant qu’à faire, si je peux aussi utiliser ces figurines pour des armées classiques et des batailles rangées, ce serait parfait ! (Surtout pour les Indiens, que je pourrai utiliser avec mes Timourides pour jouer des Mogols).

Bref je résume :

=> Grosse escarmouche

=> Soclage à plusieurs figurines par base, mais profondeur des socles 3 cm maximum

=> Importance du commandement et du moral

=> Combat d’infanterie surtout

=> Importance de l’artillerie

=> Guerre de siège

=> Intervention régulière de petits navires de guerre

Pour l’instant j’avoue que je sèche : je songe à adapter « The man who would be king » ou « The Sword and the Flame », je ne sais pas encore !

2 points à noter :

=> Pour simuler la disproportion des effectifs entre les Portugais et leurs adversaires (Et ne pas avoir à les affronter à des armées de 400 à 2000 figurines !), j’utiliserai un système de vagues d’assaut (les unités éliminées pourront de nouveau entrer en jeu un certain nombre de fois).

=> J’envisage d’utiliser un système de « cartes-évènements » pour pimenter la partie ! Par exemple pendant le siège de Goa, le mauvais temps (approche de la mousson) a parfois considérablement impacté les combats (on pourrait imaginer une carte « Tempête » qui gênerait les tirs et les mouvements). Ou encore à l’évacuation de Goa, Albuquerque a fait répandre dans les rues des pièces de monnaie, des barres de cuivre, des ballots d’épices, pour ralentir les troupes ennemies qui s’empresseraient de ramasser ces richesses. Ou encore pendant les combats en rase-campagne, le soulèvement des Musulmans de Goa contre les Portugais, sur leurs arrières donc ! Autant de « cartes-évènements » qui pourraient donner du fil à retordre aux joueurs !

Byblos


Quelques éléments de réflexion en ce 1er Décembre :

Pour la "piétaille" indienne, j'ai dégotté aussi des figs intéressantes chez Perry Miniatures : les Kordofans (Soudanais du Sud gamme Guerre du Soudan) Ce sont des javeliniers et des bretteurs qui passeront plutôt bien, ma piétaille indienne s'étoffe donc !

Je ne jouerai pas d'archers Indiens sur table ! Pourtant ce sont les effectifs les plus nombreux de toutes les armées Indiennes, musulmanes ou indouistes, mais d'une part je ne trouve pas de figs qui me conviennent et d'autre part il m'en faudrait beaucoup trop pour rendre compte des proportions et effectifs ! A la réflexion ces combattants ne sont absolument pas des combattants de mêlée et lorsque les bretteurs ou lanciers de leur armée se faisaient hâcher menu, ils devaient vite détaler à leur tour ! Bref l'idée est de donner une valeur de soutien en tir à l'armée en lice, et de réduire cette valeur de soutien à chaque fois qu'une unité sera éliminée ou sortira de la table.

Pour les règles je me suis procuré "Irregular Wars" qui m'avait été conseillée et elle me plait beaucoup : il y a un côté "boite à outils" (avec une formule pour calculer la valeur en points d'armée de chaque type de combattants), un système de cartes-évènements (j'avais déjà cette idée et vais la creuser), un soclage par bases de X figurines, une grande importance du commandement, et des règles pour simuler les conflits coloniaux bref j'aime beaucoup c'est une base solide semble t-il !



En parlant de bases, je vais sûrement porter la largeur des chemins de ronde de mes murailles à 5 cm, ce qui me permettra tout simplement de garder mon soclage habituel à 5 ou 6 cm de profondeur, et pour des murailles de 1500+, cela ne dépareillera pas !

A suivre !

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum