...Forum de jeux d'aventures de figurines miniatures, en Bretagne... et ailleurs aussi !

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » XVIIIe siècle » Quiberon, sa côte, ses chouans, ses bastons

Quiberon, sa côte, ses chouans, ses bastons

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

SIR JACK

avatar
Reconstituer en 28 mm les combats livrés par les troupes royalistes face aux révolutionnaires en juillet 1795 sur la presqu'île de Quiberon, c'est possible. Du moins, pour peu que l'on sache manier le cutter et le milliput. Bref, bidouiller un chouia.
C'est en tout cas ce qu'on s'est dit avec Charles en mettant la main à nos premières figurines. Lui, du côté des chouans, moi du côté des unités régulières d'émigrés.
A lire sur mon blog en délire : https://dunapodanslair.blogs.fr/
A propos, si quelqu'un a une idée de la manière dont se présentait exactement le fort de Penthièvre à cette époque, on est preneurs.

Des soldats du régiment d'Hector (Marine-Royale), qui s'est fait massacrer par les républicains lors des derniers combats


Les troupes régulières royalistes débarquées sur la presqu'île.



Dernière édition par SIR JACK le Mer 5 Sep 2018 - 19:59, édité 2 fois


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

kiyomori

avatar
@SIR JACK a écrit:
[b]Des soldats du régiment d'Hector (Marine-Royale), qui s'est fait massacrer par les républicains lors des derniers combats

Selon le personnage de C.S. Forester, Horatio Hornblower, qu'ils soient républicains ou royalistes, les Français sont plus mauvais les uns que les autres !
Voir les frogs et les lobsters (aspirant de marine) :
https://www.youtube.com/watch?v=mIO2o3jJmKU

Enfin, les X tomes sont agréables à lire et le personnage attachant.

http://170infanterie.canalblog.com/

SIR JACK

avatar
Merci pour la vidéo ! J'ai quelques doutes sur la présence de la guillotine à Quiberon, entre autres détails. Mais bon, faut toujours pimenter un scénario.

Pour les plans du fort de Penthièvre en 1795, j'ai trouvé.






_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

kiyomori

avatar
Pas facile de trouver des chouans !
Je suis entrain de peindre des Vendéens (figurines Trent et Perry). Les Foundry trop petites, les Casting room pas terribles, les Touller introuvables.

http://170infanterie.canalblog.com/

cvenant56

avatar
Voilà ce que ça donne avec les foundry (présentés comme des civils donc ça englobe aussi bien des chouans que des sans-culottes). Certains ont des bonnets phrigyens mais on peut les faire sauter facilement.

Je trouve qu'elles ont une bonne gravure, bon rapport qualité-prix, commande et livraison facile donc je continue de constituer mon armée avec ça. je vais quand même essayer des Trent et Perry pour voir.
La photo est pas top dsl j'ai pas de super appareil pour prendre des photos de petites choses.


http://langoelan.canalblog.com/

SIR JACK

avatar
Et voilà les troupes régulières royalistes de la deuxième vague de débarquement. Celles qui étaient placées sous le commandement de Charles de Sombreuil (fusillé par la suite à La Garenne à Vannes aux côtés de l'évêque qui avait célébré une messe sur la plage de Carnac).

Lorsqu'elles ont mis pied à terre, il était déjà trop tard. Les dissensions survenues entre les responsables de l'expédition (Puisaye et d'Hervilly) avaient déjà produit leur effet en empêchant toute avancée des troupes à l'intérieur des terres.




Dernière édition par SIR JACK le Sam 8 Sep 2018 - 11:09, édité 1 fois


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

cvenant56

avatar
C'est dommage, il suffit de quelque différent dans le commandement pour qu'une expédition qui avait toutes les chances de réussir échoue. Je vais regarder les figurines pour créer ces régiments. Ils ont des couvre-chef un peu particulier

http://langoelan.canalblog.com/

SIR JACK

avatar
Les différends étaient lourds et la politique a, comme d'hab, joué ici son rôle.

Le commandement de l'expédition a été confié à Joseph de Puisaye, un ancien général qui avait pris part à la Révolution française.

Proche des Girondins, celui-ci faisait partie des adversaires de Robespierre.

Après la chute de la Gironde, Puisaye est entré dans la clandestinité et a rejoint le camp royaliste en s'auto-proclamant chef de la chouannerie bretonne (lieutenant-général de l'armée catholique et royale de Bretagne).

Un titre que, malgré la méfiance des royalistes ayant émigré en Angleterre, il est parvenu à obtenir du comte d'Artois, l'un des frères de Louis XVI (le futur Charles X). Et cela, même si, en réalité peu de chefs chouans ont admis son autorité.

Le débarquement décidé à Quiberon devait se faire en deux temps.

Deux divisions devaient se succéder pour réaliser l'attaque.
La première division a été placée sous le commandement du comte Louis-Charles d’Hervilly, marquis de Leschelles.

Avant même que ces troupes débarquent des bateaux anglais qui les transportaient, une vive querelle a toutefois opposé Puisaye et d’Hervilly.








Le premier voulait investir tout de suite la côte morbihannaise vers laquelle les troupes chouannes avaient convergé, et prendre les Républicains de court.

Le second préférait temporiser et attendre que des reconnaissances soient faites à terre.

Une question de préséance opposait  les deux hommes. Puisaye était le responsable de l’expédition mais d’Hervilly devait commander les troupes. Chose qu’il a fallu régler (au profit de Puisaye) en envoyant un courrier par côtre en Angleterre, auprès du comte d’Artois.

Mais cette dissension était également due à la méfiance qu’éprouvait d’Hervilly envers Puisaye.

D’Hervilly avait en effet reçu un courrier de l’Agence royaliste de Paris, un comité clandestin soutenu par le comte de Provence (le futur Louis XVIII).
Ce comité souhaitait établir une monarchie constitutionnelle en passant par des élections. C’est-à-dire de manière pacifique. Peu favorable au débarquement, l'Agence royaliste avait demandé aux chouans de se limiter d’une manière générale à des actions défensives.

Elle accusait par ailleurs Puisaye, grand admirateur du régime parlementaire britannique, d’être à la solde des Anglais et de ne pas forcément souhaiter le retour des Bourbons sur le trône.

Méfiant, d’Hervilly s'est donc montré très circonspect. Ce qui a fait perdre un temps précieux aux troupes royalistes et chouannes.

Ce délai a  largement été utilisé par les Républicains.
Commandés par Hoche, ces derniers ont reçu des renforts des villes et région voisines.

Tant et si bien que, malgré diverses tentatives de contournement (Sarzeau, Le Pouldu)  et attaques royalistes (Erdeven, Ploemel, Carnac, Landévant, Locoal-Mendon), ils sont finalement parvenus à enfermer leurs adversaires dans la nasse que représentait la presqu’île.

Ajoutez à cela le mépris que d’Hervilly, en militaire raide du col, éprouvait pour les chouans peu entrainés, peu disciplinés , et vous aurez une idée du « bazar ».
Un chaos d'autant plus prévisible qu'une partie des troupes régulières royalistes étaient composées d'anciens soldats républicains faits prisonniers et ayant accepté de passer dans l'autre camp pour éviter les terribles pontons anglais. Soldats qui se sont empressés de déserter dès qu'ils en ont eu l'occasion.

Par la suite, d'autres erreurs et méprises ont coûté cher aux royalistes lorsque la seconde division, commandée par le comte de Sombreuil a mis pied à terre.


Ses troupes étant en pleine déroute, Puisaye a réussi à regagner à la nage l'un des vaisseaux anglais. Ce qui lui a valu d'être accusé de lâcheté.

Après s'être installé plus tard au Canada, il est mort en 1827 près de Londres en étant pensionné du gouvernement anglais.

D'Hervilly, lui, est mort en Angleterre des suites des blessures reçues au combat à Quiberon. Il est inhumé dans le cimetière de l'église Saint Pancrace.


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

SIR JACK

avatar
Mes premiers chouans sont arrivés (Trent miniatures, 28 mm). Y a plus qu'à bidouiller et à peindre.


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

SIR JACK

avatar
Jean-Paul, un joueur du club des Lanciers de l'Ouest (Nantes), lecteur de ce forum, m'a par ailleurs transmis les effectifs d'une partie des unités royalistes ayant débarqué à Quiberon.
Les voici. Et merci, l'ami !



_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum