...Forum de jeux d'aventures de figurines miniatures, en Bretagne... et ailleurs aussi !

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » XIXe siècle » Une campagne sur carte et sur table

Une campagne sur carte et sur table

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Une campagne sur carte et sur table le Sam 21 Juil 2018 - 4:04

SIR JACK

avatar
La Belgique de 1815, on ne s'en lasse pas.
Une campagne disputée à la fois sur carte et sur table vient d'être entamée entre Rennes et Vannes.

Elle met aux prises des corps d'armée français, anglo-alliés et prussiens dont les mouvements sont effectués sur une carte quadrillée par de nombreux carrés. Ces derniers représentent des zones à occuper ou bien des objectifs à conquérir.

Les emplacements des troupes sont indiqués à l'adversaire tous les 3 jours à l'aide de SMS, avec la possibilité d'inclure des leurres et de ne pas tout déclarer selon les zones où l'on se trouve.



Lorsque des corps d'armée se rencontrent, une bataille a lieu sur table, en respectant la configuration du terrain qu'indique le carré où l'affrontement se déroule.

Cerise sur le gâteau, il est possible de bénéficier de renforts à partir du 6e tour de jeu  si des unités amies se trouvent sur un carré adjacent.

Qui plus est, pour les futurs affrontements, on tient compte des pertes que nos troupes ont subi. Avec un système de bonus/malus selon que l'on ait ou non remporté la bataille. Ce qui modifie fortement les tactiques que l'on peut mettre en oeuvre et rend finalement le jeu plus réaliste.

Le premier choc a eu lieu vendredi dans mon antre morbihanais.

Il a opposé deux corps d'armée alliés (Anglo-Belges et Prussiens) à des Français obligés de jouer la défensive car nettement inférieurs en nombre

Trois objectifs correspondant à autant de points de victoire avaient été désignés sur la table : un village, une colline et un bois.
La masse aidant, l'avantage est allé aux alliés. Même si les combats ont été rudes et ont démontré au passage que, sans soutiens, un assaut ne vaut pas tripette.

Une autre rencontre est prévue d'ici quelque temps.
L'affaire sera beaucoup moins simple. Car les alliés, légèrement inférieurs en nombre aux Français, affronteront cette fois-ci des troupes comprenant pour partie des unités de vieille garde. Du lourd et du méchant.

Va falloir faire chauffer les boulets.

LE PREMIER CHOC

Le corps prussien prend position autour de la colline tandis qu'une unité de schutzen silésiens soutenue par des ulhans occupe (au second plan) une partie du village. Ces vétérans équipés de carabines vont en être chassés par les Français. Mais l'affaire ne fait que commencer


Au 6e tour de jeu, les renforts anglais, belges, hollandais et nassaviens sont arrivés. L'attaque du village et du bois va pouvoir avoir lieu tandis que les Français, campant sur leurs positions et devenus nettement inférieurs en nombre, attendent le choc de pied ferme


A proximité du village, une batterie d'artillerie à cheval française fait beaucoup souffrir une brigade hollando-belge épaulée par des hussards prussiens et de l'infanterie de Nassau. Mais les alliés jouent la masse. C'est ce qui va leur permettre d'occuper la première partie du bourg et empêcher du même coup l'adversaire de bénéficier du point d'objectif que lui rapporterait l'occupation du site


A l'aile gauche alliée, un même principe est appliqué. Sauf qu'ici, l'affaire est plus simple.
Faute d'artillerie, les Français ne peuvent pas empêcher une brigade prussienne fortement soutenue de s'avancer vers le bois qu'occupe leur infanterie légère.
Dans le même temps , une batterie de 12 livres prussienne occupe une colline-objectif et protège les assaillants d'une menace de flanc que pourrait opérer la cavalerie française.
Le général français, soucieux de préserver ses troupes en vue de prochains affrontements, n'est cependant guère tenté de gaspiller ses précieux cuirassiers. D'autant plus que les dragons lourds anglais, qui ne sont pas loin,  guettent tout faux pas adverse.




Ce qui devait arriver arrive donc.
Au 12e et dernier tour de jeu, trois bataillons prussiens chargent les "légers" français embusqués dans le bois. Effrayés par la vague teutonne, ces derniers délivrent un feu à moyenne portée. Ils perdent une partie  de leur cohésion et sont obligés de retraiter.
La messe est dite. Là encore, le bois ne peut pas rapporter de point d'objectif aux Français.
Les alliés favorisés par le nombre, peuvent savourer leur victoire. Cela dit, mieux vaut rester modeste. Car un autre affrontement se profile  à quelques lieues de là. Et, cette fois-ci, la partie sera beaucoup plus serrée. Du côté des Français, la vieille garde aura son mot à dire.



Dernière édition par SIR JACK le Dim 22 Juil 2018 - 21:09, édité 1 fois


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

2 Re: Une campagne sur carte et sur table le Sam 21 Juil 2018 - 7:48

Matthieu

avatar
excellent ! cheers

3 Re: Une campagne sur carte et sur table le Sam 21 Juil 2018 - 8:52

Euthanasor

avatar
Grrr ..... Ce que je rêve d'organiser, (précisément sur cette campagne) depuis 2 décennies.


_________________
Pour le meilleur et pour l'Empire !
http://euthanasor-wargamesetmodelisme.blogspot.com/
http://euthanasor-wargamesetmodelisme.blogspot.com/

4 Re: Une campagne sur carte et sur table le Sam 21 Juil 2018 - 9:48

Eric de Gleievec

avatar
Chouette !

Pour ma part je serais encore plus tenté par les guerres de Libération (1813) ; là aussi il y aurait matière à une superbe campagne sur carte (et on aurait pas les rosbifs dans les pattes ; des Prussiens, Russes, Autrichiens, Suédois, Saxons, Bavarois... bref uniquement des gens civilisés ! Razz )


_________________
Si vis pacem, paranoïaque !

Quelques figurines "pas pour jouer".

5 Re: Une campagne sur carte et sur table le Dim 22 Juil 2018 - 10:18

SIR JACK

avatar
Pour info, voici les listes d'armée de la campagne et l'état actuel des pertes après l'application du bonus/malus lié au résultat de la première bataille.
Les lettres placées à côté des unités correspondent à leur valeur de moral : Vieille garde, garde, élite, vétéran, Ligne 1, Ligne 2, conscrit, milice, irrégulier.

FRANÇAIS 1er corps  3024

2 bat. Légers    L1/V                     423
8 bat ligne        L1/V                     1572

1 batterie 8 livres à pied (5art.)   E   180
1 batterie 6 livres à cheval (5 art.)   E   222

12 cuirassiers                   V                       249
12 hussards                      L1                      165
12 dragons                        V                      213

FRANÇAIS 2e corps  3011.75
2 bat. Légers    L1/V                     423
- 1er bat. : 9 pertes – Reste 9 figs

8 bat ligne        L1/V                     1572
- 1er bat : 4 pertes. Reste 14 figs
- 2e bat : 2 pertes. Reste 16 figs
- 3e bat : 3 pertes. Reste 15 figs


1 batterie 8 livres à pied (5art.)   E   180
1 batterie 6 livres à cheval (5 art.)   E   222

12 cuirassiers                   V                       249
- 2 pertes. Reste 10 cuirs.
12 hussards                      L1                      165
- 1 perte. Reste 11 hussards
11 chevau-légers lanciers V                     200.75    

FRANÇAIS 3e corps 3006.25
1 bat grenadiers  vieille garde (16)   VG    300    
8 tirailleurs jeune garde                     E         126
8 dragons de l’impératrice                  VG    198    
 8 bat. De ligne          L1/V              1572

1 batterie 8 livres à pied (5art.)   E   180
1 batterie 6 livres à cheval (5 art.)   E   222

11 carabiniers                   E                 261.25
12 chasseurs à cheval     L2             147[/b]

PRUSSIENS 1er corps  2503 Ziethen
7  bataillons de ligne L1 1148
3 bat landwehr 420
14 shutzen V 203
1 batterie 12 livres pied (6 art) L1 204
1 batterie 6 livres cheval (6 art) V 165
2 x 9 hussards L1 225
12 uhlans L2 138

PRUSSIENS 2e corps 2518 Bulow
7 bataillons de ligne L1  1148
- 1er bat : 1 perte. Reste 15
- 2e bat : 1 perte. Reste 15

2 bat. Landwehr (16) 280
- 1er bat : 1 perte . Reste 15
1 batterie 12 livres pied (6 art) L1 204
1 batterie 6 livres à cheval (6 art) V 165
9 uhlans L2 103,5
8 hussards du Corps V 112
9  hussards L1 112.5
12 dragons L1  180
12 cuirassiers  V 213



ANGLO-ALLIES 1er corps  2501  Wellington
2 bat. Hollandais (16 figs)  L1/L2      256
2 bat. Belges (16 figs)  L1/L2            240
- 1er bat : 2 pertes. Reste 16
- 2e bat : 1 perte. Reste 15

1 bat léger hollandais (16)  L1/L2      160
1 batterie 6 livres belge à pied (5) L2 105
6 dragons légers belges L2                   66
9 carabiniers belges L1                    157,5
2 bat. Ligne anglais (18)  459   V
1 batterie 9 livres pied anglaise (5) V   160
9 dragons légers anglais 137,25 V
9 dragons lourds anglais 182,25 V
1 bat. Léger Nassau (18)  216  L1/L2
- 1er bat : 2 pertes. Reste 14
2 bat ligne Nassau (16)  366 L1/L2
- 1er bat : 2 pertes. Reste 14.



ANGLO-ALLIES 2e corps 2498  Hill

1 bat. Léger Brunswick (18)     L1                     189
1 bat. Ligne Brunswick (16)     L2                      128
1 bat. Du Corps Brunswick (16)  V                    176
12 chasseurs Avant-garde (carabine) V           156
1 batterie 6 livres à cheval Brunswick (5)  L1  140
9 hussards de la mort Brunswick L2                    99
9 lanciers noirs Brunswick L1                              117  

2 bat. Ligne anglais (20)    V                                 510  
1 bat Garde anglaise (20)  G                                 355

1 batterie 9 livres pied anglaise (5)  V               160
2 bat. Ligne Hanovre  (18)  L1                          315
2 bat. Landwehr Hanovre (18)    C                    153


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

6 Re: Une campagne sur carte et sur table le Dim 22 Juil 2018 - 18:28

Euthanasor

avatar
Comment gérez vous l'attrition?


_________________
Pour le meilleur et pour l'Empire !
http://euthanasor-wargamesetmodelisme.blogspot.com/
http://euthanasor-wargamesetmodelisme.blogspot.com/

7 Re: Une campagne sur carte et sur table le Dim 22 Juil 2018 - 19:45

SIR JACK

avatar
@Euthanasor a écrit:Comment gérez vous l'attrition?

Le gagnant de la bataille récupère une perte sur deux. Le perdant récupère une perte sur trois.

Donc, si je suis vainqueur et si j'ai perdu 10 ou 11 figurines pendant les combats, je ne me compte que 5 pertes  (7 pertes si j'ai perdu la bataille).

Les officiers tués sont systématiquement remplacés, sauf le général en chef. Sa mort entraine une baisse du moral des troupes lors des prochaines rencontres.


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

8 Re: Une campagne sur carte et sur table le Lun 23 Juil 2018 - 7:33

Euthanasor

avatar
Merci. Et les déperditions de troupes lors des mouvements forcés inter batailles?


_________________
Pour le meilleur et pour l'Empire !
http://euthanasor-wargamesetmodelisme.blogspot.com/
http://euthanasor-wargamesetmodelisme.blogspot.com/

9 Re: Une campagne sur carte et sur table le Lun 23 Juil 2018 - 8:58

SIR JACK

avatar
@Euthanasor a écrit:Merci. Et les déperditions de troupes lors des mouvements forcés inter batailles?

On n'est pas allés jusque là. C'est trop risqué. Car, les bistrots étant nombreux outre-Quiévrain, il faudrait en plus compter tous les soldats qui ont versé dans le fossé à la suite d'un abus de Chouffe, de Corsendonk, de Peter Liewen ou de Queue de Charrue. Excellentes boissons que l'on ne trouve que sous les cieux wallons et flamands.  

Non, en fait, on essaie de faire plus simple.

Cela étant, j'ai souvenir d'une campagne similaire lancée jadis en 15 mm par un Bordelais, membre des Centurions du Sud-Ouest, qui avait intégré es gènes liées au mauvais temps et à la fatigue pour le déplacement des troupes. Avec nécessité de se reposer un certain nombre d'heures entre deux mouvements.

J'ai du garder sa règle dans un de mes cartons.

La campagne en question, tout à fait passionnante, concernait l'invasion de la France par les Autrichiens, les Russes et les Prussiens en 1814. Avec un maitre du jeu qui commentait, sans en dire trop, les mouvements des troupes dans une sorte de bulletin de l'armée.


On jouait alors sur des cartes IGN.

Mais, comme d'hab, la campagne s'était hélas  arrêtée en raison du manque de constance de certains joueurs qui ne transmettaient plus leurs ordres.

Il est vrai qu'Internet et les portables n'étaient pas encore en usage. C'est dire si ça remonte à des temps préhistoriques.    


_________________
Veni, vidi, rigoli
https://dunapodanslair.blogs.fr/

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum