...Forum de jeux d'aventures de figurines miniatures, en Bretagne... et ailleurs aussi !

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

An Argader » Époques » Bas Moyen Âge » Bannerets, chevaliers, écuyers, bannières et pennons

Bannerets, chevaliers, écuyers, bannières et pennons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Patrice

avatar
Admin
Quelques précisions sur la distinction entre divers titres de noblesse (très importante au début de la guerre de Cent Ans).


Seuls les nobles importants ont droit à une bannière à leurs armes. Pour cela il faut au minimum être « chevalier banneret » ou avoir un titre plus élevé (baron, vicomte, comte, duc, roi...) Un chevalier banneret est déjà quelqu'un de très important et riche (par exemple, les Tournemine de la Hunaudaye pendant la guerre de Cent Ans).

Au quatorzième siècle la bannière est rectangulaire, plus haute que large (elle devient carrée vers le début du quinzième siècle). Les bannières ne sont pas très grandes (elles doivent être facilement portées à cheval). Pour les batailles et les grandes occasions, un chevalier vassal du banneret a l'honneur de la porter.



Les emblèmes nationaux (croix blanche française, croix rouge anglaise) sont aussi portées sur une bannière par les troupes concernées
(ci-dessous : bannière anglaise avec la croix rouge de saint Georges ; tenues typiques du milieu du quatorzième siècle).




Les simples chevaliers (aussi appelés "chevaliers bacheliers") n'ont pas de bannière, mais un pennon triangulaire fixé à leur propre lance. Le pennon a souvent la forme d'une petite bannière coupée en deux en diagonale :
(l'épouse et la belle-fille d'un chevalier anglais, sir Roger Luttrell, lui tendent son casque, sa lance avec son pennon, et son écu) :



Quand un simple chevalier est devenu assez riche et puissant pour devenir banneret, la cérémonie peut consister à couper symboliquement la queue de son pennon :

« Quant un bachelier a grandement servi et suivy la guerre, et que il a assez terre, et que 'il puisse avoir gentilshommes ses hommes, et pour accompagner sa banniere, il peut licitement lever banniere, et non autrement. Car nul homme ne doit porter, ne lever banniere en bataille, s'il n'a du moins cinquante hommes d'armes, tous ses hommes et les archiers et arbalestriers qui y appartiennent. Et s'il les a 'il doit à la première battaille, ou il se trouvera, apporter un pennon de ses armes, et doit venir au connestable, ou aux marischaux, ou à celui qui sera lieutenant de l'ost pour le prince, requirer qu'il porte banniere ; et s'il lui octroient, doit sommer les heraux pour tesmoignage, et doivent couper la queue du pennon, et alors le doit porter et lever avant les autres bannieres, au dessoubs des autres barons. » (Appendice aux Mémoires de Joinville, début du quatorzième siècle).


D'autres formes de pennons ou de petits étendards peuvent être utilisées par des chefs d'unité sans qu'ils soient forcément chevaliers :

« ...Et voulons que tous les pietons soient mis par connestablies et compaignies de vingt-cinq ou de trente hommes (...) et que chacun connestable ait un pennoncel à queüe, de tels armes ou enseigne comme il li plaira... » (Ordonnance de Jean II le Bon, 1351).


Les petits nobles de rang inférieur, trop pauvres pour venir en équipement complet ou qui n'ont pas beaucoup de suivants, ne peuvent pas être chevaliers ; ils restent « écuyers ».

Au quatorzième siècle, beaucoup d'hommes d'armes, même en armure complète ou presque complète et montés sur un cheval de guerre, sont « écuyers ». Contrairement aux chevaliers qui portent des éperons d'or, les écuyers n'ont droit qu'à des éperons d'argent, et ils n'ont pas de pennon.
(bon, on n'est quand même pas obligé de repeindre les éperons de la figurines quand le personnage monte en grade, quand même...)

Plus tard, au quinzième siècle, la distinction entre écuyers et chevaliers n'est plus guère mentionnée dans les « montres » qui donnent la liste des combattants présents : on se contente alors de différencier les « hommes d'armes » (ou "gens d'armes", "gens armés" = gens en armure) de ceux qui n'ont pas d'armure complète.



Dernière édition par Patrice le Lun 24 Oct 2016 - 15:10, édité 1 fois


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

Dids

avatar
Pour les anglais, j'ai trouvé ceci :

http://aspilogia.com/N-Parliamentary_Roll/index.html


_________________
http://www.maistrepique.fr/index.php/fr/

"Il y a trois sortes d’êtres : Les vivants, les morts et les marins."
Anacharsis, VIe siècle avant J.C.

"Toujours entre les bras de la mort, C'est en vain que pour l'étonner, Le feu, les vents et la tempeste, Viennent par tout l'environner, Pour s'avancer rien ne l'areste, Aux emplois, il a peu de part, S'il ne met sa vie au hazard."
"Officier de Marine" Texte issu d'une gravure de Guérard.
http://www.maistrepique.fr

Patrice

avatar
Admin
Trois sceaux d'après Dom Morice (historien du XVIIIe siècle) repris sur un panneau de l'espacé muséal de l'étuve de Jeanne de Navarre à Guéméné-sur-Scorff. Intéressant car ils montrent comment on représente les armoiries au XIVe et début XVe siècle :



Jean vicomte de Rohan (1380) porte 7 macles sur son écu.

Jeanne de Navarre (1400) son épouse, fille de Philippe comte d'Évreux roi consort de Navarre (et sœur de Charles le Mauvais). Comme c'est l'usage, elle porte d'un côté les armes de son mari (Rohan) et de l'autre celles de son père (Navarre et Évreux).

Charles de Rohan (1412) leur fils, seigneur de Guéméné, porte un écartelé de Navarre et d'Évreux (qu'il ne possède pourtant pas...) et de Rohan.


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

cvenant56

avatar
Très juste! Vive le prince de Guémené!!! (ch'ui de Langoëlan, on était rattaché à cette seigneurie)

http://langoelan.canalblog.com/

Patrice

avatar
Admin
De nombreuses bannières de grands nobles du début de la guerre de Cent Ans (notamment de participants aux batailles de Crécy et de Poitiers, parmi lesquels plusieurs prirent part aussi à la guerre de Succession de Bretagne) à télécharger sur ce site danois :



http://www.krigsspil.dk/download/download_3.html

Elles proviennent d'un site anglais qui n'existe plus.

Il y a également des liens vers des bannières et drapeaux d'autres époques.


_________________
« Il vaut mieux faire face à ce qui est derrière nous, que tourner le dos à ce qui est devant ! » (capitaine Huchehault)
http://www.argad-bzh.fr/argad/

cvenant56

avatar
On retrouve quelques bannières de grands seigneurs sur le site "Warflag": http://www.warflag.com/flags/medieval/franceselect.shtml

http://langoelan.canalblog.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum